Les effets du gel sur les fourrages

//  7 octobre 2018  //  Conseils, Nutrition  //  Commentaires fermés

10octobre2018-4

Le gel provoque des changements importants dans les fourrages, il est donc important de les gérer avec soin pour assurer la sécurité des aliments.

S’il n’y a pas encore eu gel cet automne dans votre région, cela ne saurait tarder. Rappelez-vous, le gel peut présenter des risques pour l’utilisation de certaines plantes fourragères.

Lorsque les plantes gèlent, leur métabolisme et leur composition peuvent être altérés, ce qui peut empoisonner le bétail. Mais vous pouvez prévenir les problèmes.

Tiré de drovers.com – Bruce Anderson, Université de Nebraska – Lincoln Extension – Publié le 1er octobre 2018
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les plantes apparentées au sorgho, telles que la canne à sucre, peuvent être très toxiques pendant quelques jours après le gel. La congélation casse les membranes cellulaires des plantes. Cette rupture permet aux produits chimiques formant l’acide prussique, également appelé cyanure, de se mélanger et de libérer rapidement ce composé toxique. En mangeant du bétail, les sorghos récemment congelés peuvent recevoir une forte dose d’acide prussique et en mourir. Heureusement, l’acide prussique se transforme rapidement en gaz et disparaît dans les airs. Attendez donc 3 à 5 jours après le gel avant de faire paître le sorgho; les risques d’intoxication deviennent alors beaucoup plus faibles.

La congélation ralentit également le métabolisme de toutes les plantes. Ce stress permet parfois aux nitrates de s’accumuler dans les plantes en croissance, en particulier les herbes telles que l’avoine, le mil et le sudangrass. Cette accumulation ne présente généralement pas de danger pour les animaux au pâturage, mais une côtelette verte ou du foin coupé juste après un gel peut être plus dangereux.

La luzerne réagit de deux manières à un gel sévère, soit près de vingt degrés, suffisamment froid pour provoquer le flétrissement des plantes. Les niveaux de nitrate peuvent augmenter, mais atteignent rarement des niveaux dangereux. La congélation augmente également le risque de gonflement de la luzerne pendant quelques jours après le gel. Puis, plusieurs jours plus tard, après que les plantes commencent à se faner ou à repousser, la luzerne devient moins susceptible de provoquer un gonflement. Il est donc bon, en toute sécurité, d’attendre que la luzerne paisse bien après un gel rigoureux.

Le gel provoque des changements importants dans les fourrages, il est donc important de les gérer avec soin pour assurer la sécurité des aliments.

Source : https://www.drovers.com/article/effects-freeze-forages-1

Comments are closed.