Alltech – Les effets des moisissures et des mycotoxines sur les bovins de boucherie

//  17 mai 2016  //  Chronique Alltech, Nutrition  //  Commentaires fermés

Alltech_17-05-2016_1

Randy Asher, sciences animales Consulting, Brookings SD

Alltech_Randy_Asher_17-05-2016_2

L’un des défis menaçants auxquels sont confrontés les producteurs de bétail est la présence de moisissures et de mycotoxines dans les aliments. Les problèmes de production et de reproduction peuvent être liés à l’ingestion d’aliments contaminés par des moisissures, par des moisissures et des mycotoxines ou par des mycotoxines à elles-seules.

Les trois principales moisissures productrices de toxines auxquelles nous avons affaire en agriculture sont les moisissures Aspergillus, Penicillium et Fusarium. Les moisissures peuvent se former dans les champs lors des conditions de croissance, ou lors du stockage des matières premières et des produits alimentaires fermentés tels que l’ensilage, le maïs à humidité élevée, l’ensilage et « baylage ». Les mycotoxines sont des métabolites secondaires de moisissures et peuvent se former dans les champs ou dans le stockage. Ces composés toxiques sont très imprévisibles dans la nature et peuvent causer une grande variété de problèmes physiologiques et de santé dans le secteur de l’élevage. Les effets négatifs peuvent être économiquement dévastateurs pour les producteurs.

Il est important de garder à l’esprit que les animaux ruminants ont une population de protozoaires et de bactéries dans le rumen qui sont naturels et qui ont pour but de détoxifier l’animal. Cependant, les niveaux de moisissures et de mycotoxines extrêmement élevés peuvent submerger l’écosystème ruminal. Les pratiques d’alimentation, la formulation de la diète et le taux d’ingestion peuvent altérer la capacité de l’animal à faire face au problème. C’est aussi fréquent chez les animaux dans des environnements à haut stress de présenter des observations cliniques plus que les animaux non stressés.

Alltech_Randy_Asher_17-05-2016_3

Nourrir avec des aliments contenant des moisissures

Les aliments pour animaux qui contiennent des niveaux élevés de moisissures et de levures dans l’alimentation détruisent le matelas de fibres dans la panse, diminuent la digestibilité de la fibre et diminuent la valeur nutritive des aliments pour animaux. Les producteurs de viande doivent être conscients que les niveaux d’énergie de ces aliments peuvent être réduits de 5 à 10 % en fonction de la gravité de la contamination.

Les aliments moisis et ayant une odeur de moisi sont aussi moins appétissants pour le bétail, ce qui entraîne une réduction de l’apport en matière sèche, des gains moyens quotidiens inférieurs et des faibles conversions alimentaires. En plus de la perte d’efficacité, il y a les problèmes de santé. Étant donné que les moisissures qui causent des problèmes ne sont pas visibles à l’œil nu, les producteurs qui ont des pertes de rendement dues aux moisissures blâment souvent les facteurs de gestion ou l’influence de la race et des antécédents pour les pertes.

L’effet additif de plusieurs mycotoxines

Les problèmes de santé et de production associés à l’ingestion de mycotoxines varient considérablement en raison de plusieurs facteurs. Dans la plupart des cas de mycotoxicose, il y a généralement plus d’une mycotoxine en particulier impliquée. Les toxines multiples créent un « effet additif », où plus d’un ou deux symptômes cliniques ou observations peuvent être impliqués. La sévérité d’un défi de mycotoxines est basée sur ce qui suit :

1. Quelle est la toxine ou quelles sont les toxines impliquées
2. Le niveau de contamination par les mycotoxines (en ppm ou ppb)
3. La durée de l’exposition à la contamination

Plusieurs fois, un cas aigu n’est pas celui qui peut être facilement identifié mais une situation chronique associée à l’ingestion de faibles niveaux de mycotoxines sur une longue période de temps. Cela se traduit par un large éventail de symptômes subcliniques qui réduisent lentement la performance, qui rongent la rentabilité du producteur et qui compromettent la santé du troupeau.

Performance de reproduction des vaches altérée

La performance de reproduction qui a été modifiée en raison des effets négatifs des moisissures et des mycotoxines peut se manifester de diverses façons. Recherchez les symptômes suivants dans une population de vaches et / ou des génisses :

1. Cycles irréguliers
2. Reproductive à répétition
3. Non-reproductive
4. Vaches nymphomanes
5. Cas excessifs de mortalité embryonnaire précoce
6. Décharges vaginales constantes
7. Animaux qui ne présentent pas de signes de chaleur
8. Avortements

Les avortements mycosiques peuvent être causés par des moisissures produisant des toxines telles que l’Aspergillus spp. ou par la moisissure non-productrice de toxine connue sous le nom de Mucor spp. Les moisissures Mucor sont considérées comme des moisissures de stockage et créent des  niveaux élevés d’avortements dans la nature. Elles croissent bien dans les aliments stockés, y compris le foin sec. Les avortements associés à ces deux moisissures se produisent généralement dans les deuxième et troisième trimestre de la grossesse.

Les aliments fermentés qui ont un pH supérieur à la normale en raison de la fermentation incomplète peuvent être infestés par la bactérie Listeria monocytogènes. Cette bactérie y survit à des niveaux bien plus élevés que les environnements normaux de pH et peut survivre à des températures de congélation. La prudence est recommandée lors de l’alimentation avec des aliments moisis fermentés qui peuvent avoir des fourchettes de pH élevés.

Des carences en vitamine A peuvent être associées à l’alimentation avec des substances moisies sur une longue période de temps. Recherchez une augmentation des avortements, des veaux aveugles à la naissance et / ou une augmentation du nombre de cas de rétention placentaire.

La performance médiocre de la reproduction peut être le résultat de l’alimentation dans des pâturages contenant de la fétuque endophyte infectée (toxicité de la fétuque). La performance médiocre de reproduction peut être accompagnée d’une perte de poids, une diminution de l’apport alimentaire, du manque de circulation sanguine vers les extrémités et d’un poil rugueux, terne donnant à l’animal une apparence très chétive.

Observations associées à la mycotoxicose

Les mycotoxines sont susceptibles d’affecter tous les organes du corps en fonction de la toxine et / ou d’une combinaison de toxines présentes dans le régime alimentaire. Le système immunitaire est souvent régulé à la baisse en raison de l’inhibition de la synthèse d’ARN et d’ADN dans le corps. Une augmentation de l’incidence des défis de maladie au sein d’un troupeau doit mener à l’examen de la qualité des aliments pour animaux. Dans les cas où le système immunitaire a été impliqué par une infection bactérienne (par exemple, la salmonelle, E. coli, etc.), les animaux ont tendance à ne pas bien répondre au traitement vétérinaire.

Les mycotoxines dans l’alimentation des bovins en parc d’engraissement ne sont généralement pas un problème pour les bovins plus lourds qui ont été sur des aliments pendant une longue période de temps (par exemple, les animaux dans la gamme de poids des 700 livres et plus). Ces animaux ont tendance à être en mesure de faire face à des niveaux plus élevés de mycotoxines que les jeunes animaux et les veaux, qui sont considérés comme un risque élevé et sont plus sensibles aux effets négatifs des mycotoxines.

Voici une liste d’observations associées à des populations animales subissant les attaques des moisissures et des mycotoxines :

1. Diminution des prises alimentaires ou arrêt complet de l’alimentation
2. Faibles gains quotidiens moyens chez les bovins en croissance
3. Faible conversion des aliments dans les parcs de pré-conditionnement et les parcs d’engraissement
4. Pelage rugueux et terne
5. Articulations raides et / ou boiterie
6. Ulcères, abcès, lésions en dehors de la norme
7. Système immunitaire affaibli
8. Faibles performances de reproduction
9. Avortement
10. Naissance de veaux faibles
11. Difformités à la naissance
12. Augmentation de l’incidence des troubles de mise bas qui y sont liés
13. Augmentation des incidences connexes respiratoires
14. L’absence de réponse à la thérapie vétérinaire

Dépannage du problème

C’est toujours une bonne idée d’employer l’utilisation d’un programme de contrôle de qualité pour les produits alimentaires entrants. Testez tous les aliments et les fourrages fermentés pour les moisissures et les mycotoxines si vous soupçonnez un problème. De nombreux producteurs font tester leurs aliments et fourrages dans des laboratoires, tels que le 37 ®+ laboratoires Alltech, afin de déterminer la prévalence des mycotoxines avant de nourrir tous les ensilages et le foin. Essayez de jeter les ingrédients d’aliments qui sont moisis et qui ont une odeur de moisi.

L’utilisation d’un agent séquestrant (liant de toxine) dans la ration en tout temps aidera à prévenir et / ou à compenser les effets négatifs des moisissures et des mycotoxines. Gardez à l’esprit que nous avons affaire à un défi basé sur la quantité de combinaison de mycotoxines. Prenez en considération les effets additifs et synergiques de plusieurs mycotoxines dans les produits alimentaires. Par conséquent, soyez prêts à utiliser des taux plus élevés de ces produits que la normale si nécessaire.

Considérez ce qui se passe dans le tractus gastro-intestinal. Tous les dommages causés à l’appareil gastro-intestinal par les moisissures et les mycotoxines peuvent modifier la microflore bénéfique et le système immunitaire, assez pour que l’animal devienne plus sensible à l’infection par des organismes pathogènes. C’est une bonne idée de donner des prébiotiques et probiotiques pour aider à rétablir l’intestin et optimiser les performances.

Si le système immunitaire a été compromis, chercher à adapter le régime alimentaire d’une manière qui aidera à restaurer la fonction immunitaire maximale. Il se peut qu’il soit nécessaire d’ajuster les niveaux de vitamine et des oligo-éléments pour une période de temps. Des produits tels que les oligo-éléments biologiques, la levure de sélénium, les niveaux plus élevés de vitamine E et l’ajout de la culture de levure supplémentaire à l’alimentation doivent être envisagés.

Si vous pensez que vous avez une situation où les moisissures et les mycotoxines entravent la performance, demandez à votre nutritionniste et vétérinaire d’élaborer un plan de gestion pour améliorer la qualité des aliments et la santé du troupeau.

Source:

Télécharger le document pdf en anglais : ALLTECH_Manage for molds_BovineVet reprint 9-15

Publié dans Bovine Veterinarian en septembre 2015

Articles:

Comments are closed.