Les Canadiens restreignent leur consommation de viande

//  30 octobre 2018  //  Tendances et consommateurs  //  Commentaires fermés

30octobre2018-14

Plus de 6,4 millions de Canadiens restreignent leur consommation de viande ou l’éliminent de leur assiette, surtout pour être en meilleure santé. Voilà ce que révèle un sondage mené en septembre pour l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. « C’est beaucoup plus qu’on pensait et ça va augmenter », dit Sylvain Charlebois, professeur à la faculté de management et d’agriculture de l’Université Dalhousie et coauteur de l’étude publiée aujourd’hui. En voici les détails, en petites bouchées.


Le résultat de cette étude a été publiée dans La Presse + du mardi 30 octobre par la journaliste Marie Allard. Nous reproduisons ici le contenu de cet article


Beaucoup de flexitariens

Plus de 17 % des Canadiens suivent un régime alimentaire qui bannit la viande ou en réduit l’importance. Parmi eux, 10,2 % sont flexitariens, c’est-à-dire des végétariens mangeant occasionnellement de la viande et du poisson. « Le nombre élevé de flexitariens nous a surpris », indique M. Charlebois. Ce sont notamment des boomers, « qui veulent se faire du bien et aider la planète, mais à temps partiel », explique-t-il.

Jeunes végétaliens

Les végétaliens (ne consommant aucun produit animal) sont encore rares : à peine 2,7 % des Canadiens se décrivent ainsi. Plus nombreux (3,3 %) sont les végétariens et les octolactovégétariens (consommant des œufs et des produits laitiers, sans viande). Mais c’est un mouvement jeune : 63 % des végétaliens ont moins de 38 ans, selon l’étude.

Vieux carnivores

Près de la moitié (48,5 %) des Canadiens consomment encore de la viande quotidiennement. La majorité (53,9 %) estime que manger de la viande fait partie des grands plaisirs de la vie. C’est davantage le cas des hommes, enclins à se voir comme de grands partisans de la bidoche. « Le portrait du parfait carnivore, c’est un vieux monsieur pas très instruit », note M. Charlebois. Étonnamment, plus de 60 % des Canadiens estiment que manger de la viande est un droit fondamental.

Moins de viande

Près du tiers des Canadiens sont néanmoins enclins à diminuer leur consommation de viande d’ici les six prochains mois, un objectif concret. C’est davantage le cas des gens gagnant de 75 000 $ à 99 999 $ par an et ayant un diplôme universitaire. « L’étude démontre que ce que j’appelle la guerre des protéines – entre les protéines végétales et animales – va durer longtemps, analyse le professeur. De plus en plus de gens s’informent, notamment dans les réseaux sociaux. On voit qu’il est possible de vivre sans manger de viande. »

Pour la santé

C’est d’abord pour être en meilleure santé que les Canadiens souhaitent réduire leur consommation de viande. Ce facteur est important ou très important pour 85 % des répondants. Viennent ensuite le coût, l’environnement, le bien-être animal et le goût, tous des aspects que les femmes prennent plus en considération que les hommes. Moins de 20 % des répondants disent penser à la souffrance et à l’abattage des animaux lorsqu’ils mangent de la viande.

Options de rechange

Près de 50 % des répondants savent comment remplacer la viande dans leur régime alimentaire. Encore là, c’est particulièrement le cas des femmes, qui ne fuient donc pas les rayons du tofu et des légumineuses au supermarché. Moins d’un Canadien sur cinq considère la viande cultivée en laboratoire comme une solution de rechange à celle prélevée sur un animal. Les insectes font encore moins fureur, avec 10 % des Canadiens qui y voient une option. Les Québécois semblent toutefois légèrement plus ouverts à manger ces protéines d’invertébrés.

La fin des repas de famille ?

« L’alimentation a toujours eu le pouvoir de réunir les gens, observe M. Charlebois. Là, on dirait que l’alimentation divise les gens. Ça m’inquiète. » Il vaut mieux apprendre à cohabiter. À des producteurs de bœuf, le professeur a conseillé de se faire à l’idée que les gens ne cuisinent plus tous des pains de viande. Il leur faut plutôt s’ouvrir aux recettes de pains de viande avec bœuf et… lentilles.

Source : Perspective des consommateurs canadiens quant aux régimes alimentaires à base d’aliments végétaux de même qu’à leur consommation de viande, Sylvain Charlebois et Janet Music, Université Dalhousie, et Simon Somogyi, Université de Guelph. Sondage web bilingue pancanadien réalisé en septembre 2018 auprès de 1027 Canadiens. Marge d’erreur estimée : 3,0%, 19 fois sur 20.

Source : http://plus.lapresse.ca/screens/5b3cb27c-7bbc-46d5-a2d8-d1ea937d2508__7C___0.html

Comments are closed.