L’épidémie de coronavirus en Chine affectera le commerce du bœuf et du bétail

//  1 février 2020  //  Marchés  //  Commentaires fermés

4jan2020-5

Les exportateurs de viande rouge et de bovins vivants se préparent à un impact sur la demande de bœuf australien en Chine après l’épidémie de coronavirus, dans le dernier chapitre de ce qui a été une course folle pour les prix du bœuf à l’exportation vers le marché au cours des quatre derniers mois.

Alors que les préoccupations concernant le coronavirus continuent de croître, les autorités chinoises ont confirmé du jour au lendemain qu’il y avait eu 131 décès et près de 5500 cas de coronavirus diagnostiqués jusqu’à présent. Le virus s’est propagé à au moins 13 autres pays et régions, dont les États-Unis, le Canada et l’Australie, avec plus de 70 cas confirmés à l’étranger.

Selon un exportateur australien, l’épisode de la maladie pourrait affecter le commerce du bœuf vers la Chine sur plusieurs fronts.

Tiré de beefcentral.com – par Jon Condon et James Nason – Publié le 29 janvier 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

• Le gouvernement chinois a pris des mesures énergiques pour limiter les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de la région de Wuhan où l’épidémie a commencé, et les commandes « rester à la maison », les prolongations de vacances et la peur de contracter le virus gardent les Chinois à travers le pays chez eux. Les citoyens chinois eux-mêmes choisissaient d’éviter les restaurants et les voyages non essentiels, ce qui pourrait réduire considérablement la demande de bœuf

• Les restrictions de transport entre les provinces chinoises et les limitations de main-d’œuvre pourraient limiter la capacité de distribuer du bœuf à travers le pays.

La Chine a dépassé les principaux clients traditionnels du bœuf, le Japon et les États-Unis, pour devenir le plus grand marché d’exportation de l’Australie en 2019, représentant un peu plus de 300000 tonnes, soit 24,4% de toutes les exportations de bœuf australiennes l’année dernière.

Il s’agissait également du troisième marché australien pour les exportations de bovins vivants, avec 158126 bovins en 2019, principalement des génisses laitières et des bovins de boucherie, contre 136227 en 2018.

Hier, une grande compagnie maritime a signalé que jusqu’à 6000 conteneurs réfrigérés de poulet, de porc, de bœuf et d’autres protéines importés n’étaient toujours pas réclamés dans les ports chinois cette semaine, la demande se tarissant, pratiquement du jour au lendemain.

Le Nouvel An chinois, la plus grande célébration annuelle du pays, a été pratiquement « annulé » par le gouvernement, a déclaré l’exportateur.

«C’est une période effrayante », a-t-il déclaré. « La plupart des Chinois évitent de sortir et sont logés à la maison.»

Le pire a été le secteur de la restauration (restaurants, plats à emporter, bars et hôtels) qui avait été largement abandonné par les clients, a indiqué le contact.

«La viande vendue au détail pour la consommation domestique a été moins affectée, mais la demande globale de viande a radicalement changé», a-t-il déclaré.

Avec autant de consommateurs chinois restant principalement à l’intérieur dans un avenir prévisible, il y aurait sans aucun doute un impact sur la demande de bœuf importé, en particulier dans les restaurants à l’extérieur, a déclaré Andrew Cox, directeur général des marchés internationaux de Meat & Livestock Australia.

Bien que l’approvisionnement alimentaire soit considéré comme un service vital et donc exempté des vacances du nouvel an imposées, il est probable qu’il y aura également un impact sur la chaîne d’approvisionnement, notamment en raison du manque de main-d’œuvre dans la transformation des aliments, a-t-il suggéré.

«Cependant, l’ampleur exacte des impacts reste à voir à ce stade, et la gravité dépendra de la possibilité de maîtriser ce virus dans un mois environ. Il faut également noter que le nouvel an chinois est toujours la période de demande la plus lente en Chine», a déclaré M. Cox.

Source : https://www.beefcentral.com/news/chinas-coronavirus-outbreak-will-impact-beef-and-cattle-trade/

Comments are closed.