Le secteur du bœuf adopte la technologie blockchain: Rabobank

//  5 mars 2018  //  Gestion, Stratégie et Leadership  //  Commentaires fermés

Dans un article publié le 2 mars 2018 sur le site web de Meatingplace, Susan Kelly dit que le rapport semestriel sur le boeuf de Rabobank affirme que les applications de la technologie blockchain sont maintenant largement développées dans l’industrie alimentaire. Le rapport aurait ajouté que le secteur de la viande bovine ne fait pas exception et que cela ouvre des opportunités de réaliser plus de bénéfices dans la chaîne d’approvisionnement.

Selon le rapport, Blockchain est supérieur aux solutions actuelles lorsqu’il s’agit de partager des traits génétiques, ce qui simplifie le suivi des performances productives. Une chaîne incluant le producteur, le parc d’engraissement, l’agriculteur et l’organisation génétique serait en mesure de partager les performances et de vérifier les valeurs d’élevage, qui sont toutes transférées en temps réel dans la transaction.

L’approche du registre partagé de blockchain simplifie considérablement les processus opérationnelles administratives tels que le rapprochement des transactions et la communication – un bénéfice pour les abattoirs/transformateurs de boeuf et les agriculteurs, dit le rapport. Là où la réconciliation nécessitait auparavant la compilation et la vérification croisée des documents provenant de sources multiples, la technologie réconcilie instantanément la transaction entre toutes les parties.

« Bien que de nombreuses applications aient été motivées par le souci d’améliorer la traçabilité et la transparence, en mettant l’accent sur la sécurité alimentaire, des opportunités existent plus en amont dans la chaîne d’approvisionnement », a déclaré Angus Gidley-Baird, analyste principal de Rabobank.

La Chine ouvre le marché de la viande

Le rapport examine également les tendances du commerce, notant que la Chine permet plus d’importations de bœuf et accepte plus pays importateurs, ce qui intensifie la concurrence sur le marché. L’accès au bœuf réfrigéré a été accordé à l’Argentine, le quatrième pays derrière l’Australie, les États-Unis et la Nouvelle-Zélande à se voir accorder un tel accès.

Kelly ajoute que dans le bœuf congelé, la Biélorussie a obtenu l’approbation, et deux installations ont été officiellement accréditées en janvier. La Chine aurait également signé un protocole d’importation de viande bovine en provenance de la France et du Royaume-Uni, et commencera probablement ses expéditions dans les mois à venir.

En outre, la première cargaison de bovins vivants exportés du nord de l’Australie est arrivée en janvier, dit-elle. Cette cargaison est la plus forte indication qu’un commerce de bétail vivant pourrait devenir plus permanent, aurait déclaré Rabobank.

Par Mylène Noël
Webmestre
SPEQ

Source:

Articles:

Comments are closed.