Le projet pilote de développement durable de Cargill en constante augmentation

//  25 septembre 2018  //  Production durable et environnement  //  Commentaires fermés

2octobre2018-2

Le projet pilote de Cargill Canadian Beef Sustainability Acceleration (CBSA) a connu une augmentation constante de la participation des producteurs et des détaillants.

Bob Lowe, de l’Alberta, au Canada, dit qu’il n’a rien changé à la gestion de son exploitation familiale de bovins afin de participer au projet pilote multipartite de Cargill (Canadian Beef Sustainability Acceleration) . «La seule nouvelle procédure était de se soumettre à un audit de durabilité qui vérifie que nous faisons ce que nous disons faire».

Selon Cargill, les producteurs canadiens inscrits au troisième trimestre du projet pilote ont obtenu des crédits de 18,52 $ par tête, payés par les détaillants participants et les exploitants de services alimentaires.

C’est une prime importante, dit Bob Lowe, qui exploite avec son frère un parc d’engraissement de 5 000 têtes et une exploitation de vaches-veaux de 800 têtes. «Les bénéfices moyens à long terme pour les parcs d’engraissement sont d’environ 20 dollars par tête, de sorte que le crédit pour la durabilité double presque cela.»

  Tiré de drovers.com – par Greg Henderson – Publié le 24 septembre 2018
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Cargill a lancé ce projet pilote en octobre 2017 avec ses partenaires Verified Beef Production Plus (VBP +) et Beef InfoXchange System (BIXS) pour créer la première chaîne d’approvisionnement de bœuf durable vérifié au Canada. Le projet pilote s’étend sur le projet pilote de développement durable de McDonald’s, qui s’est terminé en 2016, où le détaillant en restauration rapide a collaboré avec Cargill et d’autres parties prenantes de la chaîne logistique pour démontrer la viabilité d’un tel programme. Cargill est le seul fournisseur de galettes de bœuf à McDonald’s Canada.

Le projet pilote canadien de durabilité du bœuf de McDonald’s a suivi 9 000 bovins provenant de 121 exploitations de vaches-veaux, 34 fiches d’information et 24 parcs d’engraissement, devenant ainsi la première initiative de durabilité du bœuf au monde.

McDonald’s et Cargill affirment que les consommateurs sont à l’origine de la durabilité.

«La recherche nous dit que les consommateurs veulent de la transparence», déclare Gurneesh Bhandal, responsable du développement durable chez Cargill à Toronto. «Notre travail de développement durable vise à aider les producteurs à se connecter aux consommateurs et à renforcer la confiance grâce à une plus grande transparence.»

Au cours du troisième trimestre de son exploitation, le projet pilote de développement durable de Cargill a produit plus d’un million de livres de bœuf provenant de sources certifiées durables, soit près du double de la production du premier trimestre du projet pilote. Cargill dit que le programme a connu une augmentation constante de la participation des producteurs de bovins et des partenaires des services alimentaires.

Bob Lowe, qui est actuellement vice-président de la Canadian Cattlemen’s Association, se dit à l’aise avec le système de vérification et croit que la production de bœuf durable profitera à l’industrie.

«Les gens veulent des assurances que leur nourriture est produite avec un impact minimal sur l’environnement et que les animaux sont bien entretenus», dit-il. «Ils ne veulent pas nécessairement de détails, mais ils veulent nous faire confiance, et je pense qu’ils nous font confiance. Les programmes de développement durable aident les agriculteurs et les éleveurs à faire en sorte que la confiance ne s’érode pas.»

Gurneesh Bhandal, quant à elle, affirme que les producteurs doivent devenir une source d’information.

«Les consommateurs ont accès à beaucoup d’informations et ce n’est pas toujours la bonne source d’informations», dit-elle. «Ils s’appuient sur les médias sociaux et Internet plutôt que de parler directement aux agriculteurs et aux éleveurs, ce qui n’est pas toujours exact.»

Des projets tels que le projet pilote de développement durable de Cargill donnent aux producteurs la possibilité de communiquer de manière positive comment et où le bétail est élevé.

«Les consommateurs recherchent une histoire positive sur la provenance de leurs aliments afin qu’ils puissent se sentir bien dans la consommation de ce produit», a déclaré Mme Bhandal. «Nous faisons de grandes choses dans l’industrie du bœuf, nous avons juste besoin de plus d’ouverture et de transparence sur ce que nous faisons.»

Les partenaires du secteur du commerce de détail et des services alimentaires associés au projet pilote comprennent McDonald’s Canada, les Compagnies Loblaw limitée,  Swiss Chalet Rotisserie and Grill et les unités de restauration de la société Recipe Unlimited, de Vaughan, en Ontario. Plus récemment, la chaîne de restaurants décontractés Cactus Club Café, établie en Colombie-Britannique, est devenue un partenaire participant.

Ces partenaires paient les crédits par tête du projet pilote pour la qualification des bovins. Les crédits varient chaque trimestre en fonction du nombre d’animaux admissibles, du poids des bovins et de la demande de bœuf des détaillants participants et des exploitants de services de restauration. Au cours du premier trimestre du projet pilote, des crédits de 10 dollars par tête ont été payés. Les crédits du deuxième trimestre ont totalisé 20,11 $ par tête, le plus récent quart étant de 18,52 $.

M. Lowe affirme que le projet pilote montre à quel point les détaillants et les entreprises de services alimentaires peuvent considérer la durabilité.

«Les détaillants et les entreprises de restauration peuvent-ils récupérer ces primes? On dirait qu’ils peuvent, dit Lowe. «Ceci (vérification de la durabilité) est ce que les consommateurs disent vouloir. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et l’ignorer si nous voulons rester en affaires. »

Les organismes de certification pour les bovins canadiens comprennent VBP +, un programme comparable au programme américain d’assurance de la qualité du bœuf (BQA) et Where Food Comes From (WFCF), une société de certification et de certification des aliments basée à Denver. Le BIXS du Canada enregistre les producteurs, suit les bovins dans la chaîne d’approvisionnement et traite les crédits versés aux producteurs.

Les bovins sont traités dans les installations de Cargill High River, en Alberta. Cargill affirme que son usine de transformation du bœuf de Guelph, en Ontario, fera bientôt l’objet d’une vérification pour être admissible au programme. Cargill collaborera avec la BSGD et l’industrie bovine de l’est du Canada pour trouver des moyens d’augmenter le volume de bœuf durable certifié.

Source : https://www.drovers.com/article/cargills-sustainability-pilot-yields-1-million-pounds-beef-3q

Comments are closed.