Le poids spécifique du maïs a-t-il une incidence sur le rendement des bovins?

//  10 avril 2020  //  Nutrition, Recherches en nutrition  //  Commentaires fermés

14avril2020-7

La qualité du maïs est évaluée à l’aide de mesures standard. Si vous apportez du maïs au silo local, votre maïs sera classé et vous serez payé en conséquence.

Le poids spécifique est l’un des facteurs pris en compte dans le cadre du système de classement et, par conséquent, le maïs à faible poids spécifique fait souvent l’objet d’un escompte en fonction des barèmes d’escompte des silos. Les poids spécifiques minimaux sont précisés pour chaque qualité dans le Guide officiel du classement des grains de la Commission canadienne des grains. Le poids spécifique est une mesure de la densité du grain; il est mesuré en pesant un volume connu de grain et, au Canada, il est évalué avant d’enlever le maïs cassé et les matières étrangères. Les échantillons sont classés par masse d’échantillon si le poids spécifique est inférieur au poids spécifique minimum établi pour le maïs. Au Canada, le poids spécifique est exprimé en kilogrammes par hectolitre (kg/hL) ou en grammes par 0,5 litre (g/0,5 L), mais le poids spécifique est aussi appelé communément le poids au boisseau, exprimé en livres par boisseau (lb/bu).

Tiré de ag.info.omafra@ontario.ca –  Publié le 27 mars 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le poids spécifique du maïs est-il un bon indicateur de la valeur fourragère du maïs pour les bovins? Plusieurs études ont examiné l’incidence du maïs à faible poids spécifique sur le rendement des bovins. La plupart ont trouvé peu ou pas de différences de rendement entre les bovins nourris au maïs à poids spécifique modéré (59,3 kg/hL ou 46,18 lb/bu) et ceux nourris au maïs à poids spécifique normal. Dans une étude publiée par Weichenthal et al. (1999), du maïs à faible poids spécifique (59,2-61,5 kg/hL ou 46 à 48 lb/bu) et du maïs normal (72 kg/hL ou 56 lb/bu) ont été utilisés dans un parc d’engraissement pour bovins en croissance et en finition. Le régime de croissance comprenait 32,9 % d’ensilage de maïs, 22,3 % d’ensilage préfané de luzerne, 37 % de maïs roulé à sec et 7,8 % de complément protéique sur matière sèche, et le régime de finition comprenait 9,2 % d’ensilage de maïs, 86,2 % de maïs roulé à sec et 4,6 % de complément protéique sur matière sèche. L’accroissement par jour moyen, l’efficacité alimentaire et les mesures de la carcasse étaient semblables entre les groupes de traitement, tant pour les bovins en croissance que pour ceux en finition. Birkelo et al. (1994) ont utilisé des installations de métabolisme pour étudier la répartition de l’énergie et les estimations de l’énergie nette des régimes de finition composés de maïs entier à faible poids spécifique (52,6 kg/hL ou 40,8 lb/bu) ou normal (69,3 kg/hL ou 53,8 lb/bu) à 77,7 %. Ils ont constaté que le maïs à faible poids spécifique avait un contenu énergétique net légèrement supérieur pour l’entretien et le gain en raison de la réduction des pertes fécales associée au maïs à faible poids spécifique et ont conclu que ce maïs n’a pas un contenu énergétique net intrinsèquement inférieur à celui du maïs à poids spécifique normal. Une étude de l’université d’État du Dakota du Nord a donné des résultats légèrement différents. L’étude a examiné l’impact de l’alimentation des bouvillons de finition avec du maïs de poids spécifique élevé (68,5 kg/hL ou 53,7 lb/bu), moyen (60,1 kg/hL ou 46,9 lb/bu) et faible (50,4 kg/hL ou 39,1 kb/bu). Bien que les chercheurs aient constaté que le poids spécifique n’avait pas d’incidence sur le rendement en ce qui concerne le grain moyen quotidien (GMQ), ils ont observé une réponse d’augmentation de l’apport en matière sèche et du ratio alimentation:gain avec la diminution du poids spécifique, ce qui laisse entendre qu’il faudrait peut-être plus de maïs à faible poids spécifique pour obtenir les mêmes gains. Les auteurs ont conclu que les éleveurs de bovins qui achètent du maïs à faible poids spécifique doivent évaluer les avantages des rabais sur ce maïs par rapport à la possibilité de réduction du ratio alimentation:gain.

L’ensemble de ces recherches nous indique qu’il est important d’analyser et de prendre en compte tous les nutriments et d’utiliser les équations actuelles de l’énergie nette pour la formulation des rations et la détermination des taux d’alimentation. Bien que la teneur en amidon ait tendance à être plus faible dans le maïs à faible poids spécifique, ce maïs a souvent des concentrations plus élevées en protéines, fibres et minéraux et le taux de digestion de l’amidon peut différer entre le maïs à faible poids spécifique et le maïs à poids spécifique normal. Ces résultats de recherche rappellent également qu’il est important d’ajouter les ingrédients à la ration selon le poids plutôt que le volume.

En bref, le maïs dont le poids spécifique est modérément faible ne semble pas avoir d’incidence sur le rendement des bovins. Toutefois, chaque fois qu’une nouvelle culture ou un nouvel ingrédient est introduit dans une ration, il est important de comprendre la qualité et les attributs nutritionnels des aliments et de surveiller l’état et le rendement des bovins. Il faut travailler avec son conseiller en alimentation pour équilibrer les rations et déterminer et atténuer les risques liés aux problèmes de qualité.

Source : http://omafra.gov.on.ca/french/livestock/beef/news/vbn0320a4.htm

Comments are closed.