Le Mexique quittera les négociations de l’ALENA si Trump se retire

//  12 janvier 2018  //  Commerce international et Accords commerciaux, Marchés  //  Commentaires fermés

Cattle_drovers_Network

Dans l’article publié le 11 janvier 2018 sur le site Drovers.com, David Alire Garcia, Adriana Barrera et Anthony Esposito, trois sources mexicaines au courant des négociations de l’ALENA, ont affirmé à Reuters que le Mexique quittera la table de négociation de l’ALENA si le président américain Donald Trump décide de déclencher un processus de retrait de six mois du pacte commercial.

Reuters aurait rapporté plus tôt dans la journée que le Canada était de plus en plus convaincu que Trump annoncera bientôt que les États-Unis avaient l’intention de se retirer de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).Cela abaissera les devises canadiennes et mexicaines et créera des dommages aux stocks dans tout le continent.

Raul Urteaga, responsable du commerce international pour le ministère mexicain de l’Agriculture, aurait déclaré être convaincu que si Trump annonce un retrait américain de l’ALENA, les négociations s’arrêteront aussitôt.

Deux autres sources impliquées dans les négociations commerciales, qui avaient demandé de ne pas être nommées, auraient déclaré que le Mexique reste ferme sur sa position, si Trump passe à l’action, il quittera la table des négociations.

Même si une lettre de résiliation de l’ALENA annonce un retrait dans six mois, les États-Unis ne sont pas tenus légalement de quitter l’ALENA une fois le délai expiré. Washington pourrait utiliser ce geste comme un tour de passe-passe ultime pour obtenir un effet de levier sur le Canada et le Mexique dans le cadre de négociations visant à mettre à jour ce pacte commercial vieux de 24 ans.

Selon Reuters, Trump a, depuis longtemps, affirmé que le traité de 1994 est une mauvaise affaire qui blesse les travailleurs américains. Son équipe de négociation a présenté des propositions qui ont alarmé leurs homologues canadiens et mexicains.

Mais Reuters souligne que même si, dernièrement, les observateurs au Canada et au Mexique voient sombrement la venue de la prochaine ronde du 23 au 28 janvier à Montréal, il y en a certains qui ont été encouragés par une discours récent de Trump aux agriculteurs cette semaine qui s’est abstenu de faire des commentaires provocateurs sur l’accord.

Urteaga, qui était membre de l’équipe de négociation de l’ALENA au Mexique dans les années 1990, aurait déclaré que le discours de Trump était un «signal intéressant» et Reuters commente : « Pas de nouvelles, parfois bonnes nouvelles ».

Mylène Noël
SPEQ

Source :

Articles:

Comments are closed.