Le Canada voit ses exportations de boeuf augmenter considérablement

//  13 juin 2019  //  Commerce international et Accords commerciaux, Marchés  //  Commentaires fermés

18juin2019-5

Le Canada remporte une médaille d’or en matière d’exportation de bœuf.

Environ la moitié de ce qui est produit ici quitte le Canada, et les chiffres cumulatifs de l’année montrent une augmentation de 24% du volume des exportations et une augmentation de 40% de la valeur, a déclaré Brian Perillat, analyste de marché principal chez Canfax.

«Il n’y a pas de meilleur marché en place lorsque vous vendez plus de produits à un prix plus élevé», a-t-il déclaré lors de la réunion annuelle de la British Columbia Cattlemen’s Association, tenue à Williams Lake du 23 au 25 mai.

Tiré de The Western Producer – par Barbara Duckworth – Publié le 6 juin 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les ventes au Japon ont doublé depuis que les tarifs ont commencé à baisser grâce à l’Accord global et progressif pour le partenariat transpacifique.

Les trois principaux consommateurs de bœuf au Canada sont les États-Unis, le Japon et la Chine.

À la maison, les choses ne sont pas aussi roses.

Alors que les États-Unis ont enregistré une croissance phénoménale de la production d’animaux vivants et de bœuf, le cheptel canadien reste inchangé. Le recensement le plus récent indique que le troupeau canadien est le plus petit depuis 1991.

La sécheresse persistante dans l’Ouest pourrait encore accentuer le déclin. Environ 500 000 génisses ont été retenues pour la reproduction et cela ne suffit pas pour remplacer les vaches abattues.

Pourtant, les parcs d’engraissement sont pleins et les abattoirs fonctionnent presque à pleine capacité. Le secteur est également en train de se reconstruire dans le sud de l’Alberta avec la construction de nouveaux lots et l’ouverture de parcs à aliments qui sont à nouveau ouverts.

Il y a peut-être moins d’animaux, mais ils sont productifs.

Le poids de la carcasse de direction varie entre 920 et 930 livres.

Cependant, les parcs d’engraissement sans plan de gestion des risques en place perdent de l’argent à raison de 200 $ à 300 $ par tête cet été.

Ironiquement, ils continuent d’importer des veaux des États-Unis. La plupart sont des veaux laitiers moins chers qui sont devenus disponibles en raison de problèmes d’approvisionnement aux États-Unis.

L’année dernière, 180 000 bêtes sont entrées au Canada à un moment où l’Ouest canadien affichait les prix les plus élevés en Amérique du Nord.

En conséquence, il y a plus de viande de bœuf sur le marché avec une consommation améliorée et la demande se maintient.

Les prix aux producteurs sont en baisse. M. Perillat prédit que le bétail nourri pourrait se négocier à 130 dollars par kilo d’ici l’automne, après un maximum de 160 dollars par quintal. Le prix des veaux devrait être stable à 2 $ par livre

Lorsque les parcs d’engraissement sont dans le rouge, les acheteurs sont moins enclins à payer plus pour les veaux.

Il pourrait y avoir un espoir si l’orge fourragère coûte moins cher en cas de baisse du huard. Actuellement, l’orge de Lethbridge coûte 270 $ la tonne. Si les marchés du canola faiblissent en raison de l’interdiction imposée par la Chine, une plus grande quantité d’orge et d’avoine pourrait être plantée, ce qui ferait baisser les prix.

Un effet de substitution sur le marché pourrait être l’effet domino de la peste porcine africaine en Chine. Les données des entreprises sont difficiles à cerner, mais 10 à 20% de la production de porc en Chine pourrait être perdue au profit de cette maladie mortelle. La Chine importera peut-être plus de viande, il vaudra donc la peine de surveiller l’évolution du marché mondial des protéines.

«Près de la moitié des porcs dans le monde se trouvent en Chine. Si nous perdons 20% de la production de porc en Chine, nous parlons de 10% de la production mondiale de porc, peut-être plus que cela», a déclaré M. Perillat.

«C’est probablement le facteur le plus important de l’industrie de la viande sur le marché mondial de la viande depuis longtemps», a-t-il déclaré.

Source : https://www.producer.com/2019/06/canada-sees-significant-jump-in-beef-exports/

Comments are closed.