Le Canada propose une solution pour l’exportation de viande en Chine

//  10 juillet 2019  //  Commerce international et Accords commerciaux, Marchés  //  Commentaires fermés

16juillet2019-4

Le Canada a proposé un plan visant à rassurer la Chine sur la sécurité de son système d’exportation de viande de bœuf et de porc, a déclaré un ministre canadien la semaine dernière, alors qu’Ottawa rejetait les critiques de la Chine concernant ses efforts pour recruter des alliés afin de résoudre un différend diplomatique entre les pays.

La Chine avait précédemment déclaré qu’elle souhaitait que le gouvernement canadien cesse d’autoriser les expéditions de viande en Chine après la découverte de faux certificats d’exportation, ce qui a entraîné une escalade d’un différend impliquant également des arrestations de citoyens et un arrêt des ventes de canola canadien en Chine.

Tiré de manitobacooperator.ca – par David Ljunggren et Rod Nickel – Publié le 3 juillet 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Nous avons proposé un plan prévoyant des mesures supplémentaires pour le système d’exportation (de viande) afin de le resserrer et de le sensibiliser afin qu’il rouvre le marché dès que possible», a déclaré à la presse la ministre canadienne de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, à Montréal, après une réunion avec représentants de l’industrie du porc et du bœuf.

Elle n’a pas donné de détails sur le plan, qui aurait été livré il y a quelques jours.

Les relations entre la Chine et le Canada ont échoué en décembre après que Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei Technologies, ait été arrêté à Vancouver en vertu d’un mandat d’arrêt américain. Elle nie tout acte répréhensible et Pékin exige son retour.

Après l’arrestation de Meng Wanzhou, la Chine a arrêté deux Canadiens et les a ensuite officiellement inculpés d’espionnage. Le Canada dit que les arrestations des deux hommes étaient arbitraires.

A Beijing mardi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré que le Canada ne devrait pas «croire naïvement» que le fait de réunir des alliés pour faire pression sur la Chine aurait un effet quelconque. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait précédemment demandé au président américain Donald Trump de soulever les cas des deux Canadiens détenus lors de discussions récentes avec le président chinois Xi Jinping.

Mais Jim Carr, ministre canadien de la diversification du commerce international, a déclaré qu’il n’était pas inhabituel pour le Canada de rechercher un soutien plus large.

«Qui peuvent-ils dire qu’il n’y a aucune valeur au Canada à parler à ses alliés des problèmes que nous avons à l’étranger? Dans un système multilatéral, c’est ainsi que nous faisons la diplomatie», a-t-il déclaré à des journalistes à Montréal.

Mme Bibeau a déclaré que le Canada et la Chine réglaient le différend autour de la viande plus rapidement que la question du canola, qui traîne depuis mars. Elle a dit qu’il n’y avait pas de date limite pour résoudre le problème de la viande mais que les responsables canadiens et chinois en discutaient quotidiennement.

Il est trop tôt pour envisager une compensation pour l’industrie de la viande, a ajouté la ministre.

Source : https://www.manitobacooperator.ca/daily/canada-proposes-china-meat-export-solution

Comments are closed.