Le Canada ne voit pas de pénurie de bœuf, mais les prix pourraient augmenter en raison du coronavirus

//  25 avril 2020  //  Achat local, Marchés  //  Commentaires fermés

28avril2020-5

Le gouvernement canadien ne s’attend pas à une pénurie de bœuf malgré la propagation du coronavirus COVID-19 dans certaines usines de conditionnement de viande, bien que les prix puissent augmenter, a déclaré  le Premier ministre Justin Trudeau la semaine dernière.

M. Trudeau a ajouté que les producteurs de bœuf accordent une priorité à l’approvisionnement du marché canadien avant d’exporter des produits.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Tara Mulhern Davidson – Publié le 24 avril 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le Canada, l’un des plus grands exportateurs mondiaux de bœuf et de porc, a vu plusieurs usines tourner au ralenti ou ralentir à mesure que les inspections des coronavirus se répandaient.

«Nous ne prévoyons pas pour l’instant de pénurie de bœuf, mais les prix pourraient augmenter», a déclaré Justin Trudeau lors d’un point de presse. «Nous allons bien sûr surveiller cela très, très attentivement.»

Le nombre de cas de coronavirus liés à l’usine de Cargill a atteint 401, a déclaré Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l’Alberta. 77 autres cas se sont produits à l’usine de bœuf JBS de Brooks, en Alberta.

La demande de viande en Amérique du Nord a plongé depuis l’accélération de la pandémie, car la perte de ventes aux restaurants, qui ont fermé, l’emporte sur les revenus supplémentaires des épiceries.

Les transformateurs de bœuf ont assuré aux responsables canadiens qu’ils accorderont la priorité aux ventes intérieures, leur marché le plus important et le plus stable, a déclaré Oliver Anderson, porte-parole du ministre de l’Agriculture du pays. Le gouvernement n’a pas imposé de restrictions à l’exportation, a-t-il dit.

JBS a réduit la production à un quart de travail mardi dernier à Brooks en raison de l’augmentation de l’absentéisme, a déclaré le porte-parole Cameron Bruett.

Ottawa est «très préoccupée par les épidémies dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire», a déclaré la ministre de la Santé Patty Hajdu aux journalistes.

Les transformateurs de viande ont pris de nombreuses mesures, telles que l’érection de barrières physiques et l’échelonnement des pauses. Mais ces mesures et fournitures d’équipement de protection ne sont pas appliquées de la même manière dans toutes les usines, a déclaré Paul Meinema, président national de United Food and Commercial Workers. Le syndicat représente les employés des plus grandes usines de viande du pays dirigées par Cargill, JBS, Maple Leaf Foods et Olymel.

Les usines devraient ralentir les vitesses de traitement et même les arrêter avant que les infections ne se multiplient, a déclaré Paul Meinema.

Même certains inspecteurs du gouvernement qui travaillent dans les usines manquent d’écrans faciaux et de masques non chirurgicaux, a déclaré le Syndicat de l’Agriculture, qui les représente.

«Il y a évidemment une pénurie», a confirmé le président du Syndicat de l’Agriculture, Fabian Murphy. Sept inspecteurs de l’usine de Cargill ont été testés positifs pour le nouveau coronavirus, a-t-il ajouté.

Le nombre de décès par coronavirus au Canada était de 1 728 mardi, une augmentation de 7% par rapport à la veille. 37 382 cas ont été signalés.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a déclaré qu’un scénario pour rouvrir l’économie de la province la plus peuplée du Canada viendrait dans quelques jours, ajoutant que tout retour serait progressif.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/daily/canada-sees-no-beef-shortage-but-prices-may-rise-due-to-coronavirus

Comments are closed.