Le Canada entame un pacte sur le PTP qui sera signé en mars

//  25 janvier 2018  //  Commerce international et Accords commerciaux, Marchés  //  Commentaires fermés

Alberta_Farmer

Les producteurs de bovins canadiens saluent l’accord comme «extrêmement positif»

Dans un article publié le 23 janvier 2018, Kaori Kaneko, Takashi Umekawa de Reuters annoncent qu’onze pays souhaitent conclure un accord commercial Asie-Pacifique après que les Etats-Unis se soient retirés d’une version antérieure. Ils signeront un accord au Chili en mars aurait annoncé mardi le ministre japonais de l’Economie.

Des représentants du commerce se sont réunis à Tokyo pour résoudre les divergences, dont l’insistance du Canada sur la protection de ses industries culturelles telles que les films, la télévision et la musique, ont-ils dit.

Un accord est une victoire pour le gouvernement du Premier ministre japonais Shinzo Abe. Abe avait fait du lobbying pour sauver le pacte qui, à l’origine, s’appelait Partenariat Trans-Pacifique. Dans l’un de ses premiers actes en tant que président des États-Unis en janvier 2017, ont ajouté Kaneko et Umekawa, Donald Trump a retiré les États-Unis du traité original de 12 nations.

Abe a décrit l’accord comme un stimulant pour la croissance et la réforme au Japon et un symbole d’engagement pour le commerce libre et multilatéral à un moment où Trump souligne les premières politiques de l’Amérique.

Une source gouvernementale canadienne a confirmé qu’Ottawa signerait ce qu’on appelle l’Accord global et progressif pour le Partenariat Trans-Pacifique (CPTTP) Le Canada affirme avoir réellement garanti de véritables gains.

Selon eux, le ministre canadien du commerce François-Philippe Champagne aurait déclaré qu’ils étaient heureux de confirmer la réalisation d’un résultat significatif sur la culture ainsi qu’un arrangement amélioré sur les automobiles avec le Japon, ainsi que la suspension de nombreuses dispositions de propriété intellectuelle qui préoccupent les intervenants canadiens.

Le ministre Champagne et le ministre de l’Agriculture, Lawrence MacAulay, auraient déclaré mardi dans un communiqué distinct que l’accord donnera à l’industrie agricole canadienne un accès préférentiel à tous les pays du CPTPP et offrira de nouvelles opportunités d’accès au marché pour un large éventail de produits canadiens. légumineuses, sirop d’érable, vins et spiritueux, fruits de mer et produits agroalimentaires.

De plus, mardi le Premier ministre Justin Trudeau au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, aurait déclaré que l’accord conclu à Tokyo aujourd’hui est le bon, disent-ils. Il aurait aussi ajouté que le gouvernement du Canada a défendu l’intérêt de son pays et cet accord répond à ses objectifs de créer et de maintenir la croissance, la prospérité et des emplois bien rémunérés de la classe moyenne aujourd’hui et pour les générations à venir.

La CCA

Selon Kaneko et Umekawa , le président de l’association canadienne des éleveurs de bovins (Canadian Cattlemen’s Association), Dan Darling, aurait qualifié l’annonce de mardi comme étant un développement extrêmement positif pour l’ensemble du secteur du bœuf canadien. La CCA a fait remarquer que le bœuf canadien, une fois l’accord TPP mis en œuvre, jouira d’un avantage concurrentiel sur le bœuf américain au Japon, entrant dans ce pays au même tarif préférentiel que le bœuf australien.

Le Conseil canadien du porc aurait aussi déclaré mardi que les producteurs peuvent se réconforter de savoir que le porc canadien aura un accès compétitif aux marchés clés tels que le Japon et les marchés en développement tels que Singapour, le Vietnam et la Malaisie.

Le Conseil des viandes du Canada aurait déclaré mardi qu’il était confiant que cet accord pourrait augmenter les ventes de boeuf et de porc d’au moins 500 millions de dollars, créant ainsi le potentiel de soutenir 5 800 emplois supplémentaires ici au Canada, ont-il ajouté.

Plusieurs autres secteurs, tels que les céréales et les produits laitiers se disent avantagés.

Le nouveau CPTPP est un engagement collectif

Selon Kaneko et Umekawa , le ministre japonais de l’Economie, Toshimitsu Motegi, aurait déclaré que le nouveau CPTPP, ou TPP-11, serait un moteur pour surmonter le protectionnisme émergeant dans certaines parties du monde et aurait ajouté que le Japon expliquerait l’importance de l’accord à Washington dans l’espoir de le persuader d’y adhérer.

Les ministres des 11 pays, dont le Japon, l’Australie et le Canada, se sont entendus en novembre sur les éléments clés pour aller de l’avant sans les États-Unis, mais les pays ont demandé des mesures pour s’assurer que l’accord protège les emplois.

Par Mylène Noël
Rédactrice web
SPEQ

Source :

Articles:

Comments are closed.