Le bœuf fait face à l’arrivée massive de porc sur le marché

//  27 novembre 2019  //  Analyses de marché, Marchés  //  Commentaires fermés

2decembre2019-4

Porc, porc et plus de porc. C’est ce à quoi le marché américain du bœuf est confronté alors qu’il se situe au milieu du dernier trimestre de 2019. Les transformateurs de porc américains récoltent des porcs vivants à un rythme record et mettent plus de porc sur le marché que jamais auparavant. Seules les fortes exportations de porc (représentant 27% de la production) empêchent le porc de submerger le marché intérieur.

 Tiré de canadiancattlemen.ca – par Steve Kay – Publié le 26 novembre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

La corrélation de prix entre le bœuf et le porc est souvent nébuleuse. En général, la viande de porc ne fait concurrence à la viande de bœuf que dans les cas où elle est extrêmement bon marché. Les Américains qui veulent goûter à la viande rouge achètent du bœuf au prix d’une côtelette de porc. Paradoxalement, il y a 20 ans, l’industrie porcine américaine avait renommé le porc comme «l’autre viande blanche». Cette promotion s’est avérée extrêmement déficiente et le porc a finalement retrouvé sa place en tant que viande rouge.

Octobre est le mois national du porc aux États-Unis, ainsi désigné chaque année car il coïncide avec la plus grande période de production porcine de l’année. Cela signifiait une augmentation de la vente au détail de la viande rouge. Les détaillants continuent à proposer du bœuf, mais celui-ci se heurte à des problèmes de publicité et de prix du porc nettement inférieurs. Cela se poursuivra jusqu’en novembre, la production porcine ne montrant aucun signe de ralentissement de sa hausse saisonnière.

L’augmentation de l’abattage hebdomadaire de porc, bien que prévue, a été stupéfiante ces derniers mois. Le total des abattages hebdomadaires a à peine dépassé les 2,5 millions de têtes jusqu’à récemment. Pourtant, ils ont dépassé 2,6 millions de têtes au cours de la semaine se terminant le 14 septembre et presque 2,7 millions au cours de la deuxième semaine d’octobre. Les éliminations quotidiennes atteignent maintenant les 490 000 têtes. La raison de cette augmentation est que beaucoup de nouvelles capacités de transformation du porc ont été mises en ligne au cours de la dernière année et que les producteurs de porcs ont élargi leurs troupeaux par anticipation.

La production porcine plus importante signifie que la production porcine a augmenté de sept pour cent par rapport à l’année dernière. Depuis le début de l’année, l’abattage au 12 octobre était de 3,7% supérieur à celui de l’année dernière, tandis que l’abattage total de bovins n’a augmenté que de 1,0%. La production de viande bovine depuis le début de l’année est à peine supérieure à celle de l’année dernière en raison du poids plus léger des carcasses jusqu’ici cette année. Ironiquement, les prix de détail du porc en septembre ont légèrement augmenté par rapport à l’année précédente, alors que les prix de détail du bœuf n’avaient pratiquement pas augmenté. Mais cela a probablement changé en octobre avec davantage de caractéristiques de la viande de porc vendue au détail.

Comme mentionné, les exportations de porc des États-Unis continuent d’afficher des résultats solides, même si le porc des États-Unis est toujours soumis à des droits de douane énormes en Chine. Les exportations du mois d’août ont augmenté de 22% par rapport à l’année précédente, tandis que leur valeur a grimpé de 19%. Ces résultats ont fait passer le volume des exportations de janvier à août de 4% par rapport à l’an dernier, à 1,7 million de tonnes métriques, tandis que la valeur augmentait de 1% à 4,35 milliards de dollars. La viande de porc américaine a été forte sur les marchés émergents, même si les exportations vers la Chine et le Mexique ont rebondi, a déclaré la US Meat Export Federation.

La Chine / Hong Kong était toujours la principale destination du porc américain, avec 63 656 tonnes métriques d’août, ce qui a plus que triplé le volume d’août 2018, tandis que la valeur des exportations a grimpé de 160% à 137,6 millions de dollars EU. De janvier à août, les exportations à destination de la Chine et de Hong Kong ont augmenté de 38% en volume (356 322 tm) et de 17% en valeur (717,9 millions de dollars).

Les industries américaine du bœuf et du porc attendent avec impatience une réduction des droits de douane imposés par le Japon sur les deux viandes. Les États-Unis et le Japon ont officiellement signé le 7 octobre un accord commercial qui alignera les tarifs sur ceux imposés aux principaux concurrents. L’industrie américaine du bœuf sera en mesure de vendre plus de bœuf au Japon et plus de porc y ira également. C’est un gagnant-gagnant pour les deux viandes.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/2019/11/26/beef-faces-plethora-of-pork-in-the-marketplace/

 

Comments are closed.