L’ajout d’aliments alternatifs doit être bien dosé

//  1 février 2020  //  Nutrition  //  Commentaires fermés

4jan2020-2

Dans la plupart des exploitations bovines, l’alimentation représente le coût d’intrants variable le plus important. Les éleveurs examinent continuellement les moyens de réduire ce coût et explorent les options pour nourrir efficacement et en toute sécurité leur bétail. Alors que le foin, les pâturages, les autres fourrages et les céréales constituent la plus grande composante des aliments pour le bétail, il existe de nombreux aliments alternatifs qui peuvent compléter et même améliorer le régime alimentaire. L’achat rentable d’aliments non conventionnels peut accroître la rentabilité de l’ensemble de l’exploitation.

Lorsqu’ils sont confrontés à une réduction de l’offre de foin de bonne qualité en raison de la baisse de la superficie de production et des événements météorologiques tels que les gelées tardives, les pluies excessives ou la sécheresse, de nombreux producteurs recherchent des aliments alternatifs pour leur bétail. Bien que ces sources alternatives d’alimentation puissent offrir de la flexibilité et des options à faible coût, les tests d’alimentation et les conseils d’un nutritionniste du bétail sont recommandés pour garantir que les besoins nutritionnels du type de bétail nourri sont satisfaits.

Tiré de beefresearch.ca –  Publié le 28 janvier 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Lors de l’ajout d’aliments alternatifs à une ration ou à un programme d’alimentation, des modifications doivent être apportées lentement pour permettre au bétail de s’adapter à l’aliment. Des changements soudains de leur alimentation peuvent créer des problèmes digestifs et avoir un impact négatif sur la santé du rumen. Assurez-vous que le régime alimentaire contient des quantités adéquates de fibres et que les changements sont effectués lentement sur plusieurs semaines; permettre une période d’ intensification ou de transition pour acclimater les bovins à la nouvelle source d’alimentation ou à l’additif.

Les aliments de remplacement peuvent comprendre des résidus de récolte, des récoltes endommagées, des sous-produits de transformation, des fruits, des légumes et des déchets de boulangerie, des céréales de qualité inférieure et même des mauvaises herbes. Les producteurs ingénieux prendront en compte plusieurs facteurs lorsqu’ils s’approvisionneront en aliments alternatifs:

  • coût de l’alimentation
  • coût du transport
  • le stockage des aliments, y compris des bacs spéciaux, des silos ou des conditions pour réduire la détérioration
  • valeur nutritionnelle des aliments pour animaux, y compris les carences ou la toxicité qui doivent être corrigées
  • cohérence et disponibilité continue des aliments
  • facilité d’intégration dans le fonctionnement, comme la gestion de l’alimentation spéciale, l’équipement de broyage ou de mélange requis
  • appétence des aliments et acceptation par le bétail

Source : http://www.beefresearch.ca/blog/alternative-feeds-new-web-page

 

Comments are closed.