L’aide COVID-19 «ne répond pas aux attentes», préviennent les groupes d’agriculteurs

//  7 mai 2020  //  Dossiers, Gouvernement, Sécurité financière  //  Commentaires fermés

12mai2020-7

Bien que le premier ministre Justin Trudeau ait déclaré que plus d’argent serait fourni si nécessaire, le secteur agricole continue de critiquer l’aide financière de 252 millions de dollars d’Ottawa liée au COVID-19 offerte aux producteurs et aux transformateurs.

«Si nous devons en ajouter davantage, nous le ferons», a déclaré M. Trudeau, après avoir annoncé un nouveau financement et une nouvelle programmation.

Tiré de albertafarmexpress.ca – par Dc Fraser – Publié le 5 mai 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le gouvernement fédéral offre 125 millions de dollars supplémentaires aux agriculteurs par le biais d’Agri-relance, un programme de secours en cas de catastrophe fait partie de sa suite de programmes de gestion des risques de l’entreprise (GRE) qui fournissent environ 1,5 milliard de dollars par an aux agriculteurs.

Les coûts du programme de soutien aux sinistrés rarement utilisé sont partagés, Ottawa en paie 60% et les provinces 40%. Le programme, qui est généralement déclenché par une demande provinciale, paierait généralement 70% des dépenses admissibles d’un agriculteur.

La ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a déclaré que le gouvernement fédéral augmentera le niveau de couverture à 90% pour les dépenses admissibles. De plus, a-t-elle dit, le gouvernement fédéral s’est engagé à fournir la part fédérale de 60% du nouveau taux, que les provinces y participent ou non.

Au moins une des provinces n’accepte pas d’augmenter ses contributions, arguant que la pandémie est un problème national et que les provinces font face à leurs propres pressions financières.

«Nous en faisons partie intégrante, mais à 60-40 (division), cela rend les choses très difficiles», a déclaré le ministre de l’Agriculture de la Saskatchewan, Dave Marit. «Il est clair que le gouvernement fédéral doit venir à la table avec une plus grosse part du gâteau.»

Jusqu’à 50 millions de dollars du financement d’Agri-relance sont destinés à financer un programme de mise en jachère pour les éleveurs de bovins, leur permettant de garder leurs animaux plus longtemps avant la commercialisation et d’aider à atténuer les fermetures temporaires des usines de transformation.

«Du point de vue de l’industrie du bœuf, cela ne correspond pas du tout à ce dont nous avons besoin pour maintenir une industrie florissante», a déclaré le président de la Canadian Cattlemen’s Association, Bob Lowe. « Cinquante millions pour le gel, c’est vraiment nécessaire, c’est là, mais malheureusement nous l’avons utilisé il y a quelques semaines.»

Ces commentaires ont été repris par Michel Daigle, président de la National Cattle Feeders Association, qui a déclaré que les 50 millions de dollars «n’étaient pas suffisamment importants pour avoir un impact sur cet arriéré ou sur les coûts supplémentaires des producteurs».

Selon M. Daigle, l’arriéré à la ferme s’élève actuellement à 100 000 animaux en raison de problèmes de traitement.

Les changements apportés à un autre programme à frais partagés permettront aux producteurs de certaines provinces de demander une avance de 75% dans le cadre d’Agri-stabilité, en hausse de 25% par rapport aux niveaux précédents.

La Colombie-Britannique, le Québec, la Saskatchewan, l’ Île-du-Prince-Édouard et l’Alberta ont déjà accepté le paiement provisoire d’Agri-stabilité de 75%.

«J’attends toujours la confirmation de certaines provinces et je les laisserai faire l’annonce dès qu’elles seront prêtes. C’est donc le défi d’Agri-stabilité, toutes les provinces ne sont pas au même endroit», a déclaré Mme Bibeau.

Source : https://www.albertafarmexpress.ca/daily/covid-19-aid-falls-short-farm-groups-warn

Comments are closed.