La révolution en ligne de l’épicerie

//  4 avril 2018  //  Marchés, Tendances et consommateurs  //  Commentaires fermés

Greg_Henderson_Drovers

Greg Henderson
28 mars 2018

Il y a une révolution qui prend forme dans l’industrie alimentaire des États-Unis qui va grandement influencer la production animale.

« Les changements dans les endroits où les consommateurs achètent leurs produits d’épicerie, quand ils les achètent et ce qu’ils achètent entraîneront inévitablement des changements tout au long de la chaîne d’approvisionnement », explique Don Close, analyste sénior des protéines chez RaboResearch Food and Agribusiness. « Nulle part ces changements ne seront plus dramatiques que dans les denrées périssables comme la viande. »

(Traduction libre de Mylène Noël)

Selon Close, l’adoption rapide de l’épicerie en ligne et de la livraison à domicile est ce sur quoi les plus grands détaillants du pays travaillent d’arrache pieds à mettre en œuvre. Le coup de départ a probablement été tiré il y a quelques années, mais l’excitation réelle a commencé quand Amazon a fait passer le processus à la vitesse supérieure avec son achat de Whole Foods l’année dernière.

Amazon a dépensé 13,1 milliards de dollars sur Whole Foods, et a immédiatement commencé sa transformation en abaissant les prix. En ce moment, Amazon teste la livraison gratuite en deux heures pour ses membres principaux sur les achats d’épicerie de 35 $ ou plus chez Whole Foods dans quatre villes.

D’autres offraient déjà la livraison à domicile, mais pas en deux heures, et la plupart ne pouvaient pas égaler le prix d’Amazon. L’arrivée d’Amazon dans les épiceries fait travailler tard bien des salles de conseil en Amérique.

Dans le rapport de RaboBank, « Food Fight! Online and Brick & Mortar Battle for Business. How Can Beef Ensure a Seat at the Table? », Close étudie comment la nourriture atteint le consommateur américain moyen et ce que l’industrie du bœuf doit faire pour que le bœuf soit une partie intégrante de l’expérience de consommation.

Il prévoit que 20% des aliments destinés à la consommation à domicile seront achetés en ligne d’ici 2025. Cela comprend les produits d’épicerie traditionnels et les repas complets emballés pour la catégorie des nécessaires de repas.

Les entreprises en ligne atteindront un plus grand nombre de clients indépendants géographiquement. Cela signifie que les détaillants peuvent plus facilement desservir des marchés de niche pour des produits tels que prime, naturel, non traité aux hormones, biologique, nourri à l’herbe ou sans antibiotiques. Le magasinage en ligne fait que les bassins de clients sont assez grands pour en valoir la peine.

« Ces désirs de niche entraîneront des exigences supplémentaires sur la qualité des bovins et les spécifications de production, ce qui entraînera une plus grande dispersion des prix dans toutes les catégories de bovins, ainsi qu’un programme de primes et d’escompte plus détaillé », explique Close. « Ces changements indiquent un changement permanent dans la façon dont la nourriture atteint le consommateur américain moyen et si l’industrie du bœuf doit empêcher toute nouvelle baisse de la consommation de bœuf, elle doit accepter ces changements et faire du bœuf une partie intégrante de l’expérience de consommation, peu importe où il est acheté. »

L’analyse de Close appuie plusieurs tendances de l’industrie déjà en place, telles que l’accent mis sur la sélection génétique par les producteurs et l’augmentation rapide des produits de bœuf de marque.

La tendance vers l’épicerie en ligne conduira également à des demandes croissantes pour l’adoption de la technologie pour les programmes d’identification et de retraçage des animaux, et pourrait être le dernier clou dans le cercueil du bœuf de base.

Source:

Articles:

Comments are closed.