La recherche lie les traitements médicamenteux et la résistance aux antimicrobiens dans la maladie respiratoire bovine

//  20 janvier 2020  //  Recherche en santé et bien-être animal, Santé Animale  //  Commentaires fermés

21jan2020-6

Une nouvelle étude de la Kansas State University sur le traitement des cas de maladie respiratoire bovine non répondante, connue sous le nom de BRD, menée par Hans Coetzee et ses collaborateurs de l’Iowa State University, met en lumière la relation entre les traitements médicamenteux et l’émergence d’une résistance aux antimicrobiens.

L’étude, «Association between antimicrobial drug class for treatment and retreatment of bovine respiratory disease (BRD) and frequency of resistant BRD pathogen isolation from veterinary diagnostic laboratory samples», a été publiée dans le numéro de décembre 2019 de la revue PLOS ONE.

Tiré de drovers,com – par Piper Brandt – Publié le 9 janvier 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«La maladie respiratoire bovine est l’une des maladies les plus importantes auxquelles sont confrontés les producteurs de bovins de boucherie aux États-Unis, avec des pertes économiques estimées à près d’un milliard de dollars par an», a déclaré Hans Coetzee. «Les antibiotiques sont essentiels pour minimiser les pertes associées à la BRD causées par des infections bactériennes.»

Les antibiotiques utilisés pour traiter la BRD sont généralement classés en deux groupes : ceux qui empêchent la croissance des bactéries — c’est-à-dire bactériostatiques — et ceux qui tuent l’organisme — c’est-à-dire bactéricides. Selon Hans Coetzee, bien que 90% des rechutes de BRD reçoivent un retraitement avec une classe d’antimicrobiens différente, l’impact de la sélection d’antibiotiques — bactéricides ou bactériostatiques — sur les résultats de la maladie et l’émergence d’une résistance aux antimicrobiens n’a pas été étudié.

L’objectif de l’étude est de déterminer l’association entre la sélection des classes d’antimicrobiens pour le traitement et le retraitement des rechutes de BRD et la sensibilité aux antimicrobiens de Mannheimia haemolytica, Pasteurella multocida et Histophilus somni.

Des agents pathogènes ont été isolés à partir d’échantillons soumis au laboratoire de diagnostic vétérinaire de l’Université d’État de l’Iowa de janvier 2013 à décembre 2015. Un total de 781 isolats avec des antécédents de cas d’animaux correspondants, y compris des protocoles de traitement, ont été inclus dans l’analyse.

«Notre interprétation globale des données suggère qu’il existe une association directe entre le nombre de traitements auxquels un animal a été exposé et l’émergence d’une résistance aux antibiotiques dans les échantillons soumis à un laboratoire de diagnostic vétérinaire pour analyse», a déclaré Coetzee. «De plus, ces données exploratoires suggèrent que les protocoles de traitement BRD impliquant un traitement de première ligne avec un antibiotique bactériostatique suivi d’un traitement de deuxième ligne avec un antibiotique bactéricide peuvent augmenter la probabilité d’isoler les bactéries BRD résistantes aux antibiotiques.

Bien que cette observation suggère que le mécanisme d’action de l’antibiotique doit être pris en compte lors de la sélection des médicaments pour le retraitement des cas de BRD non répondants, Coetzee a déclaré que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la pertinence clinique de cette constatation dans les systèmes de production animale.

Source : https://www.drovers.com/article/research-connects-drug-treatments-and-antimicrobial-resistance-brd

Comments are closed.