La recherche génétique pourrait renforcer différents attributs des bovins

//  15 novembre 2018  //  Techniques et innovations  //  Commentaires fermés

20novembre2018-6

La plupart des programmes d’élevage ont longtemps été concentrés sur les caractères à croissance rapide des veaux.

Les chercheurs brésiliens ciblent maintenant d’autres caractéristiques, telles que la tendreté de la viande et la taille de la région du muscle côtelé.

Pour ce faire, ils étudient le génome de la race de bétail Gir, répandu dans ce pays, et ont identifié 35 gènes associés à des attributs tels que la reproduction, la composition du lait, la croissance, la viande et la carcasse, la santé et la conformation du corps.

 Tiré de manitobacooperator.ca– Publié le 14 novembre
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les scientifiques, de l’Université d’État de Sao Paulo (UNESP), affirment que ces travaux constituent un premier pas vers la mise au point de nouvelles lignes présentant les caractéristiques souhaitées par les producteurs et les consommateurs.

Les résultats de l’étude ont récemment été publiés dans la revue PLOS ONE .

La race Gir est d’origine indienne et a été introduite avec succès sous les tropiques. C’est l’une des principales races de bétail élevées dans les pays tropicaux d’Amérique du Sud, en particulier au Brésil. Cependant, les différentes populations ont des différences prononcées. Une sélection artificielle forte au cours des dernières décennies a accru la différenciation génétique entre les troupeaux dans les pays de la région.

Les bovins Gir sont principalement élevés pour la production de lait au Brésil, bien qu’ils fussent jadis une option pour les producteurs de viande.

Pour localiser les gènes associés à la production de bœuf et de produits laitiers chez les bovins Gir, les chercheurs ont analysé les génotypes d’animaux de différentes populations.

«Nous avons sélectionné un groupe Gir pour le bœuf et un autre pour les produits laitiers. La différence de morphologie était significative. Les animaux sélectionnés pour le bœuf avaient plus de masse musculaire et étaient plus forts, tandis que les vaches sélectionnées pour la laiterie avaient de très gros pis », a déclaré le chercheur Josineudson de Vasconcelos Silva.

Source : https://www.manitobacooperator.ca/news-opinion/news/gene-research-could-beef-up-the-herd/

 

Comments are closed.