La première projection de Gardians of the Grasslands suscite la discussion et donne de l’espoir

//  14 octobre 2019  //  Dossiers, Production durable et environnement  //  Commentaires fermés

15octobre2019-7

Un nouveau film sur un paysage canadien constamment menacé fait passer un message positif sur le rôle de la production de bœuf.

Guardians of the Grasslands, un court documentaire sur le rôle vital du bétail dans la conservation des prairies autochtones du Canada, a été présenté à un public réceptif à Calgary le 3 octobre.

Mettant en vedette de jeunes éleveurs et des défenseurs de l’environnement, le film met en lumière la nécessité de protéger les prairies des grandes plaines canadiennes, l’un des écosystèmes les plus menacés de la planète. Cela explique l’importance du pâturage, à l’origine par le bison et maintenant par le bétail, pour préserver la santé de ce paysage et des espèces qui l’habitent.

Tiré de canadiancattleman.ca – par Piper Whelan – Publié le 8 octobre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«La plupart des gens ne savent même pas que c’est un écosystème en voie de disparition, et il l’est chez nous, chez nous. Une fois que les gens commencent à s’intéresser à cela, ils commencent à vouloir faire quelque chose», a déclaré Mickenzie Plemel-Stronks, agent de liaison de l’industrie de l’élevage bovin pour Canards Illimités Canada, qui apparaît dans le film. «Juste raconter l’histoire est l’une des meilleures choses que vous puissiez faire en ce moment.»

Le film de 13 minutes, tourné à la Waldron Ranch Grazing Co-operative près de Longview, en Alberta, a été produit par Story Brokers Media House, en partenariat avec Canards Illimités Canada, Nature Conservancy of Canada et la Canadian Cattlemen’s Association.

«Nous avions été inspirés par des projets similaires de tournage dans différents ranchs avec Canada Beef plus tôt cet été et également avec la Table ronde canadienne sur le bœuf durable», a déclaré Ben Wilson de Story Brokers Media House.

«Nous pensions que cela pourrait être une réelle opportunité, au Waldron, de capturer la bonne séquence et de capturer le bon message à travers ces entretiens pour raconter réellement l’histoire non pas d’une ferme ou d’une région en particulier, mais l’histoire des prairies en tant qu’écosystème, ce qui, à notre avis, n’avait pas vraiment été fait auparavant.

La bande-annonce du film, qui a été présentée pour la première fois à la Conférence de l’industrie canadienne du bœuf cette année, a suscité une réaction extrêmement positive. Début octobre, la bande-annonce avait été visionnée plus de 15 000 fois et largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Deux autres projections sont prévues dans les prochaines semaines: un événement sur invitation seulement à Ottawa le 30 octobre et une projection à Toronto, dont la date n’a pas encore été annoncée.

Ben Wilson a déclaré espérer rendre le film accessible au public le plus rapidement possible.

«Nous aimerions beaucoup voir le film dans certains festivals. Certains festivals exigent qu’un film ne soit pas rendu public ou disponible en ligne pour être inclus dans leur festival», a-t-il déclaré, ajoutant qu’ils espéraient que cette approche attirerait l’attention des médias au-delà du secteur de l’agriculture.

À ce stade, le public est invité à demander une projection des Gardiens des prairies. Cela peut inclure une présentation en classe, un supplément à une réunion et même une réunion privée, si plusieurs personnes sont invitées à la regarder. Pour plus d’informations sur le film ou pour demander une projection, visitez guardiansofthegrasslands.ca .

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/2019/10/08/first-screening-of-guardians-of-the-grasslands-sparks-conversation-and-hope/

 

Comments are closed.