La pénurie de vitamines va bientôt se calmer mais soyez au courant des effets possibles

//  6 avril 2018  //  Bien-être et Santé animale, Nutrition, Techniques de nutrition  //  Commentaires fermés

The_Western_producer

Par Barb Glen
Publié le 29 mars 2018

Les effets complets de la pénurie mondiale de vitamines A et E sur la récolte de veaux de cette année restent à voir; la santé des vaches est vitale

Les veaux nés ce printemps pourraient ne pas obtenir leur dose habituelle de suppléments vitaminiques, car la pénurie mondiale de vitamines A et E continue de se faire sentir.

Les quantités adéquates de vitamines sont importantes dans la période post-vêlage alors que la saison progresse, les effets complets de la pénurie restent à voir.

(Traduction libre de Mylène Noël)

« Jusqu’à présent, je n’ai pas entendu parler de réels problèmes ou de qui que ce soit ayant eu des problèmes de pénurie, mais le vêlage ne vient à peine de commencer », a déclaré Naomi Paley, spécialiste régionale du secteur de l’élevage à Yorkton.

« Si les vaches en ont manqué pendant un certain temps au cours de l’hiver, la qualité du colostrum ne sera pas là lorsque les veaux seront nés. Les veaux naitront avec une déficience et vous commencerez à voir des problèmes à la naissance ou peu de temps après. »

Un incendie survenu le 31 octobre 2017 à l’usine BASF Citral en Allemagne a interrompu la production de vitamine A et de certains des précurseurs de la vitamine E. Cette usine produit une grande partie de l’approvisionnement annuel pour les humains et le bétail.

La reconstruction est en cours à l’usine et un site internet dédié à son avancement indique un redémarrage potentiel à la fin de ce mois. La distribution du nouveau produit en Amérique du Nord devrait prendre plusieurs mois.

Barry Yaremcio, d’Alberta Agriculture, spécialiste du bœuf et du fourrage, a déclaré qu’il n’avait pas non plus entendu parler d’effets néfastes sur la pénurie de vitamines, mais, encore une fois, les pertes au vêlage ne sont généralement pas annoncées.

« Si cela arrive, ce sera probablement chez les troupeaux qui seront à l’herbe sèche à partir de juillet », a-t-il dit.

« Le foin a été récolté quand il était brun et sec et complètement mûr et c’est ce qu’ils ont eu tout l’hiver. Ils ont peut-être eu une ration d’ensilage ou une ration de paille sans aucune supplémentation en vitamines. Ces animaux seront les plus susceptibles d’avoir des problèmes de carences en vitamines. »

La vitamine E peut être transmise aux veaux uniquement par l’intermédiaire du colostrum, et la qualité de ce colostrum dépend de la santé de la vache.

« Sans la vitamine E, la qualité du colostrum diminue, de sorte que la quantité de protection contre les diarrhées, les pneumonies, les affections du nombrils et toutes les maladies qui peuvent survenir sont, dans une certaine mesure , compromises », a déclaré Yaremcio.

« Il est donc difficile de dire exactement ce qui se passe parce qu’il y a une combinaison de nutrition et de gestion, de programmes de santé du troupeau, de programmes de vaccination. »

Une fois que l’herbe commence à pousser, les bovins peuvent obtenir suffisamment de vitamines sans supplémentation. Cependant, il sera difficile de déterminer le rôle qu’une carence en vitamines peut jouer dans des choses telles que des taux de conception plus bas chez les vaches ou des taux de croissance plus faibles chez les veaux.

Paley a dit qu’il y a de la vitamine A et de la vitamine E, mais cela pourrait nécessiter une recherche et ce sera probablement plus cher que d’habitude en raison de l’offre limitée.

« Si vous êtes inquiets, contactez votre vétérinaire et / ou vitre nutritionniste pour leur parler et prendre le contrôle de la situation car les pertes peuvent être importantes s’il y a une déficience », a-t-elle ajouté.

« Avec le vêlage qui s’en vient, vous voudrez probablement essayer de le faire plus tôt plutôt que plus tard ».

La pénurie s’est produite juste au moment où l’alimentation hivernale commençait en 2017 et elle a peut-être empêché certains producteurs d’obtenir suffisamment de vitamines pour les mener aux pâturages de printemps.

Bien que la vitamine A puisse être stockée dans le foie d’un animal pendant trois à quatre mois, la vitamine E n’est conservée que pendant deux à quatre semaines, de sorte qu’une carence en cette vitamine est plus probable.

Les symptômes de la carence en vitamine A comprennent une réduction de la prise alimentaire, un pelage rugueux, de l’enflure aux articulations et à la poitrine, des avortements, des veaux mort-nés, une cécité nocturne, une diarrhée et de faibles taux de conception.

Les symptômes de la carence en vitamine E comprennent une réduction de la fonction immunitaire chez les veaux, une réduction du taux de croissance des veaux, une maladie des muscles blancs et une efficacité reproductive réduite.

La carence peut être déterminée au moyen d’un test sanguin, mais il est peu probable que les producteurs choisissent cette voie à moins qu’ils ne s’inquiètent vraiment d’un animal ou d’un groupe d’animaux en particulier, a déclaré M. Paley.

L’effet réel chez les bovins de toute carence en vitamines causée par cette pénurie ne se fera sentir qu’au fil du temps, et même alors, il sera difficile d’attribuer les problèmes à cette seule cause, a ajouté Yaremcio.

« C’est un effet boule de neige. »

Il a également spéculé que lorsque l’usine de BASF sera remise en service, elle devra d’abord fournir des vitamines pour la santé humaine.

Ensuite, sur la liste prioritaire pour le bétail, il y aura probablement les bovins laitiers. Une vitamine E inadéquate peut donner au lait un goût de carton ou métallique, selon des études à la Pennsylvania State University.

Après cela, ce sera probablement la volaille qui sera approvisionnée. Le manuel vétérinaire de Merck indique qu’une carence en vitamine A s’étendant sur deux à cinq mois entraîne une émaciation des oiseaux et une réduction de la production des œufs. La pénurie de vitamine E peut entraîner une maladie grave.

Les porcs, qui devraient ensuite être ceux qui recevront les vitamines en priorité, car ils peuvent avoir des problèmes oculaires et respiratoires dus à une carence en vitamine A. Selon Merck, le manque de vitamine E nuit au système immunitaire des porcs et réduit les taux de reproduction.

Les bovins seront peut-être les derniers à avoir les suppléments de vitamines en quantité suffisante, en espérant que ce soit avant qu’ils soient retirés des pâturages à l’herbe cet automne, a déclaré Yaremcio.

Des spécialistes de Saskatchewan Agriculture, Alberta d’Agriculture et Agroalimentaire Canada ont collaboré à une fiche d’information sur la pénurie de vitamine A et E et sur ce que les producteurs devraient savoir. Cette fiche peut être trouvée ici.

Source :

Articles :

Comments are closed.