La Nouvelle-Zélande éliminerait 50 000 bovins de plus pour lutter contre Mycoplasma Bovis

//  31 décembre 2018  //  Bien-être et Santé animale  //  Commentaires fermés

25decembre2018-9

La Nouvelle-Zélande est en train de devenir le premier pays à se débarrasser de Mycoplasma bovis en tuant jusqu’à 100 000 animaux de son troupeau de 6,5 millions de bovins laitiers et de 3,5 millions de bovins de boucherie.

Un programme d’éradication en Nouvelle-Zélande s’emploie à débarrasser le pays de la maladie du bétail, Mycoplasma bovis. 50 000 animaux ont été abattus et presque autant doivent l’être. Si le programme aboutit, la Nouvelle-Zélande deviendrait le premier pays à se débarrasser de la maladie.

Tiré de drovers.com – par Wyatt Bechtel – Publié le 28 décembre 2018
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Jusqu’à présent, 50 000 animaux ont été abattus et le programme devait éliminer jusqu’à 100 000 têtes. Bien que M. bovis ne représente aucun risque pour les consommateurs de viande de bœuf ou de produits laitiers, le gouvernement et l’industrie ont mis en place un programme d’éradication en raison des conséquences coûteuses d’une épidémie pour le cheptel national. La maladie bactérienne entraîne un certain nombre de conditions chez les bovins, telles que la mastite, la pneumonie, les avortements et les boiteries.

Le 17 décembre, des représentants du gouvernement vantaient le succès du programme.

«À ce stade, je suis confiant que l’approche que nous adoptons pour éradiquer est la bonne et nous restons attachés à cela», a déclaré la première ministre Jacinda Ardern.

Lors de l’annonce initiale du programme, le gouvernement prévoyait l’abattage de 126 000 bêtes. Le figuré a été réduit à 100 000 têtes. Le gouvernement finance environ 68% de la réponse, tandis que l’industrie représente le reste.

«Sur la base de toutes les preuves qui nous ont été présentées, nous sommes convaincus que l’éradication est possible et que nous sommes sur la bonne voie pour ce qui est une première mondiale, mais une action nécessaire pour préserver la valeur de notre troupeau et de notre base économique nationale», a ajouté le ministre de l’Agriculture, Damen O. Connor.

Le bétail est une partie importante de l’économie agricole de la Nouvelle-Zélande. Les exportations de viande de bœuf ont atteint plus de 2 milliards de dollars (3 milliards de NZ) pour la saison 2017-2018 , en hausse de 14% par rapport à la période précédente. Les produits laitiers ont encore plus de valeur avec 11,87 milliards de dollars (16,667 milliards de NZD) de produits exportés du pays au cours du premier semestre de 2018.

Les groupes industriels ont été encouragés par le succès du programme.

«Nous sommes prudemment optimistes et nous avons toujours les doigts croisés», a déclaré Chris Lewis, président de la Federated Farmers . «Éradiquer la maladie serait un exploit énorme.»

DairyNZ a apprécié le travail accompli et pense que les agriculteurs en bénéficieront à long terme.

«Cela n’a pas été facile pour les 1 000 agriculteurs touchés, qu’ils soient sous surveillance active ou sous restriction, ou que la maladie ait été détectée sur leur ferme. DairyNZ est là pour aider nos agriculteurs et nous participons quotidiennement à la gestion de cette maladie en Nouvelle-Zélande, qu’il s’agisse de fournir des conseils sur les mesures de biosécurité à la ferme ou de faire appel à des équipes sur le terrain pour aider les agriculteurs touchés», déclare Jim van der Poel, Président de DairyNZ.

Les représentants de DairyNZ et de Beef + Lamb New Zealand prévoient d’organiser des consultations avec les agriculteurs à la fin du mois de janvier afin d’obtenir des informations en retour sur le programme.

«Les progrès réalisés jusqu’à présent illustrent la valeur d’une approche collaborative de la lutte contre M. bovis avec un partenariat entre le gouvernement et l’industrie», a déclaré le président de Beef + Lamb New Zealand, Andrew Morrison . «Notre point de vue a toujours été que l’éradication n’était sur la table que pendant un temps limité et qu’une fois qu’elle serait retirée de la table, ce serait pour toujours, nous avons donc dû donner notre feu vert.»

M. bovis a été découvert pour la première fois sur l’île du sud de la Nouvelle-Zélande en juillet 2017. La Nouvelle-Zélande abrite environ 6,5 millions de bovins laitiers et 3,5 millions de bovins de boucherie.

Source : https://www.drovers.com/article/new-zealand-may-cull-50000-more-cows-control-mycoplasma-bovis

 

Comments are closed.