La clé du vêlage pour le producteur est à portée de clic avec le système de caméra

//  4 octobre 2019  //  Technologies  //  Commentaires fermés

1octobre2019-5

Colin Palmer ne correspond plus à l’image du producteur de bœuf privé de sommeil et anxieux au début du vêlage – bien qu’il ait plus du double du bétail qu’il a élevé il y a dix ans.

Au lieu de cela, il perd moins de veaux, dépense moins d’argent en essence et quitte sa ferme près de Saskatoon au printemps, car il peut tirer son bétail de son troupeau à tout moment.

Colin Palmer est l’un des nombreux éleveurs à avoir installé une «caméra à vache», une technologie qui lui permet d’identifier les naissances difficiles avant qu’elles ne deviennent critiques, de sortir les veaux plus rapidement et d’éviter l’angoisse constante et les chutes tardives jusqu’au enclos de vêlage familier à quiconque a grandi en élevant du bétail.

Tiré de Manitoba Co-operator – par Alexis Stockford – Publié le 10 septembre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Pourquoi c’est important : Les systèmes de surveillance du bétail peuvent rendre les fermes d’élevage plus efficaces, réduire les pertes de veaux et améliorer la sécurité dans les fermes, et les spécialistes de l’élevage du Manitoba affirment qu’ils s’attendent à en voir beaucoup plus.

Ces tensions ont pris une ampleur considérable à la ferme Palmer aux alentours de 2010. Colin Palmer et sa femme occupaient des emplois en dehors de la ferme et géraient leur troupeau de 40 têtes. Colin Palmer avait effectivement passé les saisons de vêlage passées à dormir dans un hangar à côté de l’enclos de vêlage (avant que la famille ne déménage dans leur maison actuelle sur le site de la cour), tout en faisant la navette entre la cour et son travail à l’Université de la Saskatchewan pendant la journée. En une saison de vêlage mémorable, il estime avoir dépensé environ 800 $ en essence grâce aux déplacements constants.

«Nous avions beaucoup de printemps froid», a-t-il déclaré. «Nous nous levions toutes les deux heures la nuit pour aller vérifier le vêlage des vaches, puis je partais travailler à 27 kilomètres.»

Colin Palmer décida bientôt que quelque chose devait changer. Les caméras de sécurité n’étaient pas totalement nouvelles — il savait que d’autres producteurs utilisaient déjà cette technologie — mais il avait toujours pensé que leur coût serait prohibitif.

Finalement, cependant, la tension a triomphé. Colin Palmer et sa femme ont investi dans un système de caméra à vision fixe de 1 700 $ avec deux caméras.

Les problèmes de ce système précoce, cependant, sont rapidement apparus. Le système leur permettait de regarder depuis leur maison, mais ne permettait pas la polyvalence que recherchait M. Palmer. Même s’il surveillait de petites zones, il fallait plusieurs caméras pour visualiser une zone plus grande, car elles ne pouvaient pas bouger. La caméra n’a pas pu s’adapter à des changements de position accidentels dus au vent, ce qui a eu un impact sur la mise au point de l’image. La famille a utilisé le système pendant une seule année avant d’être à nouveau sur le marché des appareils photo.

Colin Palmer a fini par trouver une entreprise de surveillance à Saskatoon et de se faire consulter. Huit mois plus tard, il a acheté son premier système capable de pivoter, de zoomer et de zoomer pour environ 1900 dollars.

Ce système amélioré est devenu la clé de son vêlage.

Moins de pertes

Colin Palmer estime qu’ils perdent moins de veaux qu’avant l’ajout de caméras, malgré l’augmentation du troupeau à plus de 80 têtes.

Selon l’Enquête de 2014 sur la productivité vache-veau dans l’Ouest canadien, environ 16% des veaux décédés le lendemain de leur naissance sont morts de la météo. 29% de ces décès d’un jour étaient liés à un accident ou à une attaque de prédateurs, deux choses qui pourraient être réduites en gardant un œil constant dans l’enclos de vêlage.

Une enquête de suivi menée en 2017 a révélé que les difficultés de vêlage étaient le pire récidiviste des décès de veaux. Environ 37% de toutes les pertes de veaux de génisses et 21% de pertes de vaches étaient dues à des difficultés de vêlage. Les conditions météorologiques ont représenté environ 4% des pertes de veaux nés de génisses et 7% des veaux perdus nés de vaches.

Les raisons de Palmer font écho à de nombreux agriculteurs plus proches de chez eux.

Source : https://www.manitobacooperator.ca/livestock/producers-key-to-calving-is-only-a-click-away-with-camera-system/

 

Comments are closed.