Fini le kale : le steak est le nouvel superaliment!

//  11 juin 2018  //  Nutrition  //  Commentaires fermés

Malgré la baisse de la consommation de bœuf au cours des dernières décennies, la protéine préférée des États-Unis est toujours au banc des accusés pour bon nombre des problèmes de santé de notre pays. Du cancer au diabète en passant par les maladies cardiaques et autres, tout le monde aime pointer du doigt le bœuf et ignorer le fait que ce produit est une source de zinc, de protéines, de fer hautement assimilable, de vitamines B et de graisses saturées.

Pourtant, cette rhétorique est totalement erronée lorsque nous commençons à regarder les régimes qui évitent complètement les graisses animales et les protéines.

Dans un article récent de The Telegraph, Sarah Knapton étudie les effets à long terme des régimes végétariens. Sa conclusion – ne pas consommer de viande peut conduire à des mutations génétiques qui augmentent le risque de maladie cardiaque et de cancer.

Tiré de beefmagazine.com –
Par Amanda Radke – 24 mai 2018 –

Selon l’article, «les populations qui ont eu un régime principalement végétarien pendant des générations se sont avérées beaucoup plus susceptibles de porter l’ADN qui les rend sensibles à l’inflammation. Les scientifiques des États-Unis croient que la mutation s’est produite pour faciliter l’assimilation des acides gras essentiels par les végétaux.

| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Mais il a pour effet d’augmenter la production d’acide arachidonique, qui est liée à la maladie inflammatoire et au cancer. Lorsqu’il est associé à un régime riche en huiles végétales – comme l’huile de tournesol – le gène muté transforme rapidement les acides gras en dangereux acide arachidonique.»

Sarah Knapton a également mentionné des recherches antérieures selon lesquelles les populations végétariennes sont 40% plus susceptibles de souffrir d’un cancer colorectal que les mangeurs de viande. L’étude vient de l’Université Cornell, qui a comparé les génomes de centaines de végétariens vivant à Pune, en Inde, aux mangeurs de viande traditionnels du Kansas. Le contraste des différences génétiques était significatif.

«Ceux dont l’ascendance provient de végétariens sont plus susceptibles de porter la génétique qui métabolise plus rapidement les acides gras des plantes», a noté Tom Brenna, professeur de nutrition humaine à Cornell. «Chez de tels individus, les huiles végétales seront converties en l’acide arachidonique plus pro-inflammatoire, augmentant le risque d’inflammation chronique qui est impliquée dans le développement de maladies cardiaques, et exacerbe le cancer. La mutation est apparue dans le génome humain il y a longtemps et a été transmise par la famille humaine.»

En d’autres termes, alors qu’on nous dit depuis des années de manger moins de viande et plus de salades, peut-être devons-nous inverser notre façon de penser.

Non seulement un régime végétarien peut-il conduire à une augmentation de l’inflammation chronique, mais les chercheurs découvrent que la mutation des gènes a également un impact sur la production d’acides gras oméga-3, qui protègent contre les maladies cardiaques.

Pour couronner le tout, Sarah Knapton dit qu’un régime végétarien ou végétalien peut entraîner des problèmes de fertilité en diminuant le nombre de spermatozoïdes. Et quand on regarde notre état de santé général, quand quelqu’un décide de ne pas manger de viande, il s’engage aussi à consommer des suppléments, car ces suppléments seront nécessaires pour obtenir les nutriments appropriés pour se développer.

Selon Mme Knapton, «beaucoup de végétariens luttent aussi pour obtenir suffisamment de fer, de vitamine D, de vitamine B12 et de calcium, qui sont essentiels pour la santé. Une étude a montré que les végétariens avaient une densité minérale osseuse (DMO) inférieure d’environ 5% à celle des non-végétariens».

Je suis sûre qu’il y aura beaucoup de végétaliens et de végétariens pour contredire ces nouvelles découvertes. Cependant, je suis heureuse de constater que d’autres recherches démontrent l’importance de la viande dans l’alimentation. Passez à côté du chou frisé : le steak est le nouveau superaliment!

Source : http://www.beefmagazine.com/nutrition/move-over-kale-steak-new-superfood

Comments are closed.