Financement agricole Canada prévoit une bonne année pour le bœuf

//  9 mars 2018  //  Analyses de marché, Marchés  //  Commentaires fermés

larongeNOW

Par Nigel Maxwell – le 7 mars 2018

Selon un nouveau rapport, les producteurs de bœuf peuvent s’attendre à une bonne année 2018.

Financement agricole Canada (FAC) a publié ses perspectives économiques pour les secteurs agricoles du pays, et l’industrie canadienne du bœuf est parmi celles qui devraient afficher les meilleurs rendements en 2018. Craig Klemmer, économiste agricole principal pour FAC, a déclaré qu’il y a plusieurs bonnes choses en sa faveur en ce moment.

(Traduction libre de Mylène Noël)

« Les prix demeurent historiquement forts, et une grande partie de la force que nous observons sur le marché global de la viande bovine est due à une forte demande, tant au niveau national qu’international » , a-t-il déclaré. « La demande en protéines s’améliore. »

FAC a prévu que les gains de poids stimuleront la croissance cette année. La production de boeuf a augmenté de 2,2 pour cent en 2017, mais elle devrait ralentir à 0,2 pour cent en 2018. Le nombre de génisses de remplacement devrait augmenter cette année, mais aucune croissance de la taille du troupeau n’est prévue avant 2019. On s’attend également à ce que les abattages canadiens tombent en réponse à la rétention des génisses et à l’augmentation des exportations de bovins vivants vers les États-Unis pour l’engraissement et l’abattage.

M. Klemmer a indiqué que certains accords commerciaux récemment signés (AECG et PTP) sont également en demande croissante et offriront des possibilités pour le secteur canadien de la viande bovine à court terme.

Le rapport de la FAC a souligné trois autres tendances que les producteurs de bœuf devraient surveiller en 2018: la concurrence au niveau national, les flux commerciaux perturbés et émergents et les taux d’intérêt. Chacune des tendances devrait avoir un impact sur les prix et l’investissement.

« La bonne décision pour chaque agriculteur dépend de votre bilan et de la capacité à trouver les bonnes opportunités, mais quand on regarde ce qui se passe, il y a eu de bonnes nouvelles sur la demande pour le boeuf » , a déclaré Klemmer.

Source:

Articles:

Comments are closed.