Famille Fontaine : La couleur qui fait vendre

//  6 janvier 2020  //  Gestion, Portraits, Stratégie et Leadership  //  Commentaires fermés

7jan2020-8psd

Délimax-Montpak est le plus gros producteur de veau au pays, avec 70 % des abattages. Pourtant, la famille Fontaine, propriétaire de l’entreprise, est longtemps restée dans l’ombre. Pour rompre avec l’anonymat, la société a décidé de créer en septembre une nouvelle marque – Famille Fontaine – et des emballages mauves qui contrastent avec les autres barquettes dans le comptoir des viandes. Cette décision a fait augmenter les ventes au détail de 15 %.

« La marque, c’était pour solidifier notre position », explique Alex Fontaine, président-directeur général de Montpak, au cours d’une visite de La Presse à l’une des usines de l’entreprise, à Laval. « On avait toute l’infrastructure, mais on n’avait pas de marque. [Avant, sur les emballages], c’était écrit “veau de lait du Québec”. That’s it. Les gens ne savaient pas que c’était nous. On était anonymes. »

Tiré de lapresse.ca – Par Nathaëlle Morissette – Publié le 6 janvier 2020

Pour la petite histoire, les trois frères Fontaine, Alex, Fabien et Donald, s’occupaient de Délimax, fondée en 1989, qui se consacre essentiellement à l’élevage de veaux et d’agneaux ainsi qu’à la production de nourriture pour animaux. En 2006, ils s’associent avec Montpak, qui commercialise la viande de veau et d’agneau. Puis, neuf ans plus tard, les frères Fontaine rachètent la totalité des parts de Montpak, alors propriété de la famille Buksbaum. Délimax-Montpak International devient alors le plus important réseau d’élevage, de transformation et de distribution de veaux en Amérique du Nord.

Déjà présent dans les comptoirs des viandes des Costco, IGA et Metro – avec près de 55 % des parts de marché –, le veau de Délimax-Montpak International n’avait pas d’identité propre. Bien des supermarchés l’emballaient eux-mêmes sur place. À partir de là, Alex Fontaine a voulu sortir de l’ombre.

« Il y avait la menace des produits étrangers qui arrivaient, il y avait une consommation du veau qui était en dégringolade », rappelle pour sa part Jessica Wright, la directrice du marketing qui a contribué à la création de la marque Famille Fontaine. « Il y avait vraiment un besoin d’être présent et de remettre le veau sur la table. C’est une petite catégorie, ajoute-t-elle. On n’a pas un impact en tablettes comme le bœuf, la volaille ou le porc. »

Rappelons que, en 2018, les Canadiens ont consommé 0,9 kg de veau contre 34,62 kg de poulet et 25,40 kg de bœuf, selon Agriculture et Agroalimentaire Canada.

De là est née l’idée de vendre la viande dans des emballages mauves, histoire de se démarquer. On a aussi décidé de personnaliser le produit en créant la marque Famille Fontaine.

Ces décisions semblent avoir porté leurs fruits puisque les ventes des boulettes, côtelettes et autres escalopes commercialisées par l’entreprise ont augmenté de 15 %. Les boulettes de veau prêtes à cuire semblent être le plus grand succès. « Les ventes ont triplé », précise Alex Fontaine. Il estime que son entreprise en vend 4000 kg par semaine. Ces boulettes sont d’ailleurs préparées et emballées à l’usine de Laval que La Presse a visitée. Les 190 employés qui s’affairent là-bas emballent 250 000 kg de veau et d’agneau chaque semaine.

Et les projets ne s’arrêtent pas là. L’entreprise, qui possède déjà une usine au New Jersey où elle vend sous la marque Catelli Brothers, souhaite vendre ses barquettes mauves aux États-Unis. « On a testé le nom, l’emballage, les couleurs pour voir s’’il y avait un rejet ou une acceptation, et ç’a été super bien apprécié », indique Jessica Wright.

Source : http://plus.lapresse.ca/screens/c74b8b8e-306b-4866-a33c-6e2518aa8aef__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

Comments are closed.