Drovers Cattle Network – Perspectives des marchés

//  29 mars 2018  //  Analyses de marché, Marchés  //  Commentaires fermés

University_Oklahoma_Derrell_Peel

Les signaux macroéconomiques mélangés secouent les marchés des bovins

Derrell Peel, Université d’État d’Oklahoma

28 mars 2018

Jusqu’à présent, avec l’augmentation du poids des carcasses et des abattages de bovins en 2018, la production de bœuf est plus élevée que prévu d’une année à l’autre. La demande de bœuf a continué de croître fortement à partir de 2017. Les prix des bovins, soir les bovins d’embouche et les bovins finis, ainsi que les prix du bœuf de gros et de détail ont généralement été plus élevés cette année. Malgré les difficultés liées à la croissance de l’offre de bovins et de bœuf et aux pressions saisonnières sur de nombreux marchés, les fondamentaux du marché des bovins sont plutôt favorables et stables à l’heure actuelle. Cependant, les prix au comptant des bovins ont récemment chuté, entraînés par des contrats à terme plus faibles de l’embouche et du vivant. Cela reflète la plus grande menace pour les marchés des bovins : un environnement macroéconomique de plus en plus turbulent et trouble.

(Traduction libre de Mylène Noël)

Selon certaines mesures, l’économie américaine est assez forte après plusieurs mois de stabilité, de croissance et de reprise. La Réserve fédérale, qui envisage des pressions inflationnistes potentielles alors que la croissance se poursuit, a relevé ses taux d’intérêt la semaine dernière pour la sixième fois depuis 2015. Les mesures de réforme fiscale récemment adoptées représentent un poussée expansionniste pour l’économie qui ajoute aux préoccupations de la Réserve fédérale au sujet de l’inflation et rend les augmentations de taux d’intérêt supplémentaires probables et plus fréquentes. La Réserve fédérale prévoit actuellement une croissance de l’économie de 2,7% en 2018.

Simultanément, le nuage noir d’incertitude commerciale qui a pesé sur les marchés pendant des mois est entré en éruption ces derniers jours. L’annonce par les États-Unis des droits de douane sur les marchés importés de l’acier et de l’aluminium a suscité de nombreuses spéculations quant à d’éventuelles représailles entre partenaires commerciaux. Alors que les annonces récentes de l’administration affaiblissent considérablement les tarifs des métaux avec de nombreuses exemptions, l’incertitude demeure élevée. Les annonces ultérieures des droits de douane sur les produits américains commencent, en particulier avec la Chine, et l’ampleur de l’escalade de la guerre commerciale reste inconnue. De même, le sort de l’ALENA et d’autres politiques commerciales continue d’ajouter de l’incertitude aux marchés. La réaction négative sur les marchés boursiers et à terme la semaine dernière n’est que l’impact initial d’un large éventail d’effets d’entraînement potentiels dans l’économie. Ces impacts commerciaux négatifs pourraient menacer la croissance économique à l’avenir.

C’est comme si l’économie avait un pied sur l’accélérateur et un autre sur les freins, ce qui rend extrêmement difficile de comprendre ce qui se passera ensuite ou, peut-être plus important encore, ce qui se passera après. Les marchés, en général, sont de plus en plus effrayés et cherchent à se couvrir. La peur de l’inconnu peut être le pire, mais la réalité de l’inconnu pourrait être bien pire.

Le résultat est un environnement externe pour les marchés des bovins qui est particulièrement difficile à trier et à anticiper. Les producteurs de bovins devraient-ils également rechercher à se mettre à l’abri? Probablement pas encore, mais je vous recommande de savoir où est la couverture et comment vous pouvez y arriver à tout moment. Les producteurs de bovins doivent surveiller de près la diversité des conditions macroéconomiques et mondiales et être prêts à passer brusquement à une stratégie commerciale fortement défensive. Les marchés sont de plus en plus volatils et il sera important de maintenir autant de flexibilité à court terme que possible pour faire face à l’évolution rapide des conditions. L’incertitude et la volatilité n’ont probablement pas encore atteint un sommet, mais on espère que ce somment sera suivi relativement rapidement par plus de clarté et de stabilité. Cependant, il n’y a certainement aucune garantie à cet égard et les producteurs doivent être prêts à affronter la tempête.

Source:

Articles:

 

Comments are closed.