Donald Trump suspend les importations de bovins aux États-Unis alors que la pandémie frappe les éleveurs

//  20 mai 2020  //  Dossiers, Gouvernement, Marchés  //  Commentaires fermés

26mai2020-4

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi que les États-Unis devraient envisager de mettre fin aux accords commerciaux en vertu desquels ils importent du bétail alors qu’il cherche à aider les éleveurs américains durement touchés par l’épidémie de coronavirus.

Les États-Unis importent du bétail du Mexique et du Canada pour compléter les approvisionnements nationaux à des prix inférieurs et pour l’abattage dans des usines américaines dirigées par des sociétés telles que Tyson Foods et JBS USA. Les interdictions pourraient raviver les différends commerciaux.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Tom Polansek et Steve Holland – Publié le 19 mai 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«J’ai lu hier où nous amenons du bétail d’autres pays. Nous avons des accords commerciaux. Je pense que vous devriez envisager de mettre fin à ces accords », a déclaré Donald Trump. «Nous avons beaucoup de bétail dans ce pays.»

Trump a fait ces commentaires lors d’un événement organisé à la Maison Blanche pour discuter de 19 milliards de dollars de secours agricoles approuvés par le Congrès. Il n’a pas mentionné d’accords commerciaux ou de pays spécifiques lorsqu’il a parlé de bétail.

Les importations de bovins sur pied proviennent uniquement du Mexique et du Canada et sont autorisées par les termes du pacte commercial nord-américain nouvellement renégocié de Trump.

«Si un pays a été un grand pays et un grand allié et un grand ami, vous savez, nous devons le faire, mais il y a certains pays qui nous envoient du bétail, depuis de nombreuses années, et je pense que nous devrions envisager de mettre fin», a déclaré Trump.

Interrogé plus tard au cours du même événement sur le sujet, il a répondu: «Je dis, pourquoi importons-nous du bétail, d’anciens accords commerciaux qui ont été conclus il y a longtemps, pourquoi importons-nous du bétail d’autres pays alors que nous en avons beaucoup nous-mêmes?»

Dans «certains cas», a-t-il dit, sans nommer de pays, «ils ont été de grands alliés, ils travaillent avec nous depuis de nombreuses années, parfois nous avions besoin de bétail, parfois non…. D’une manière générale, à moins que ce soit un pays qui soit avec nous, nous ne devrions pas prendre leur bétail.»

«C’est quelque chose que je souhaite que le président n’ait pas dit», a déclaré plus tard le président de la US National Cattlemen’s Beef Association, qui a assisté à l’événement. Il a ajouté que la suggestion pouvait résulter d’un malentendu.

Oswaldo Chazaro, chef de la confédération mexicaine du bétail CNOG, a déclaré que, tout en respectant l’opinion de Trump, de nombreuses années avaient été consacrées au développement d’un marché intégré de la viande bovine dont tous les consommateurs bénéficient.

«Il faudrait réfléchir davantage au maintien de ce commerce sain et équilibré dans les deux sens», a déclaré Chazaro.

Une interdiction potentielle pourrait accroître la concurrence pour les exportations de bœuf américain si le Mexique et le Canada gardent plus de bovins à la maison et les transforment, a déclaré Derrell Peel, spécialiste de la commercialisation du bétail à l’Université d’État de l’Oklahoma.

«De toute évidence, si nous interdisons simplement les bovins mexicains et canadiens, ils ne prendront pas cela avec bonté», a déclaré Derrell Peel.

Selon le département américain de l’Agriculture, le Canada a exporté plus de 722 000 têtes de bétail aux États-Unis en 2019, en hausse de près de 15% par rapport à 2018. Au premier trimestre de 2020, le Canada a expédié 184 483 bovins aux États-Unis, en baisse d’environ 8% par rapport à l’année précédente.

L’industrie mexicaine du bœuf, quant à elle, s’attend à ce que ses exportations vers les États-Unis augmentent à deux chiffres cette année après que la pandémie ait entravé les usines de viande américaines. Les données de l’USDA placent les exportations de bovins du Mexique vers les États-Unis à environ 1,32 million de têtes en 2019 et ses exportations au premier trimestre 2020 à 345 713 têtes.

L’an dernier, le Mexique était le troisième fournisseur étranger de bœuf aux États-Unis, derrière l’Australie et le Canada.

Mardi, la Canadian Cattlemen’s Association a décrit le commerce du bœuf entre les États-Unis et le Canada comme à la fois «intégral» et «mutuellement bénéfique» dans un communiqué publié sur son site Web.

Interrogé mardi lors du même événement sur une prolongation de l’interdiction des voyages non essentiels entre les États-Unis et le Canada, Trump a décrit le Premier ministre Justin Trudeau comme «un de nos amis» et a ajouté «nous sommes très proches du Canada; nous venons de signer l’USMCA, ce qui est très important.»

Par ailleurs, le secrétaire américain à l’Agriculture, Sonny Perdue, a déclaré mardi que l’administration Trump fournirait de l’aide aux éleveurs américains qui avaient été contraints d’euthanasier le bétail.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/daily/trump-says-u-s-should-consider-ending-trade-deals-under-which-it-imports-cattle/

Comments are closed.