Des virus pourraient se propager dans les aliments pour animaux

//  21 août 2018  //  Bien-être et Santé animale, Recherche en santé et bien-être animal  //  Commentaires fermés

21aout2018-11

Des recherches récentes suggèrent qu’un accent accru sur la biosécurité des aliments pour animaux, en particulier dans les ingrédients importés, pourrait contribuer à réduire le risque d’introduction de maladies animales étrangères dans les troupeaux américains.

Lors de la récente conférence d’été de l’Academy of Veterinary Consultants (AVC), Scott Dee, DVM, PhD, directeur de la recherche chez Pipestone Veterinary Services au Minnesota, a résumé les recherches de son entreprise sur la survie des agents pathogènes viraux dans les aliments pour animaux. Les entreprises américaines, note-t-il, importent une large gamme d’ingrédients tels que la farine de soja, les tourteaux de soja, les distillerie, la lysine et d’autres pays où la biosécurité des aliments est faible.

 Tiré de drovers.com – par John Maday – Publié le 20 août 2018
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Selon M. Dee, dans plusieurs pays exportateurs d’aliments, les producteurs répandent régulièrement du soja ou d’autres céréales fourragères sur les routes publiques, ce qui pourrait permettre la contamination par des animaux ou des engins tels que les camions empruntant ces routes.

Des recherches antérieures ont démontré que le virus de la diarrhée épidémique porcine (PEDV) peut survivre dans les aliments pour animaux. Scott Dee et ses collègues ont conçu leur étude en utilisant un « modèle transfrontalier » pour tester la capacité de survie de plusieurs autres virus dans divers ingrédients alimentaires. Ils ont inoculé des échantillons d’aliments avec les virus et stocké les échantillons dans des chambres environnementales en utilisant les horaires et les contrôles de température pour simuler le temps et les conditions réels d’expédition des aliments sur les routes du Pacifique et de l’Atlantique telles que Beijing ou Varsovie.

La découverte de certains virus est restée très stable dans certains flux lors du processus d’expédition simulé. Par exemple, les chercheurs ont utilisé Seneca Virus comme substitut du virus de la fièvre aphteuse en raison des restrictions fédérales. Ils ont découvert que le virus Seneca avait survécu dans la plupart des aliments et que le virus de la peste porcine africaine avait bien survécu dans la farine de soja. Certains autres agents pathogènes tels que le virus du SRRP, le virus de la fièvre catarrhale du mouton et le virus de la vésicule bovine n’ont pas bien survécu dans les aliments. Il est clair que nous avons besoin de plus de recherche dans ce domaine et de plus de dépistage des ingrédients alimentaires importés. Lee a déclaré que d’autres recherches devraient inclure des tests sur les expéditions réelles d’aliments importés pour déterminer si les tendances de survie des virus ressemblent à celles trouvées dans les simulations.

Source : https://www.drovers.com/article/feed-ingredients-could-spread-livestock-viruses

 

Comments are closed.