Des signes de reprise dans l’emballage du bœuf… mais à quelle vitesse?

//  12 mai 2020  //  Dossiers, Santé Humaine et Sécurité Alimentaire  //  Commentaires fermés

19mai2020-2

La COVID-19 a commencé à toucher les travailleurs des usines d’emballage de bœuf au début d’avril. Au cours des cinq dernières semaines, l’abattage de bovins a diminué en moyenne de 27% d’une année à l’autre. Cela se compare aux cinq semaines précédentes en mars, lorsque l’abattage de bovins était en moyenne de 5,5 pour cent supérieur aux niveaux de l’année précédente. L’impact s’est progressivement aggravé pendant quatre semaines, l’abattage hebdomadaire ayant chuté de 17,1% la semaine du 11 avril, pour une diminution de 36,8% en glissement annuel la semaine se terminant le 2 mai.

Tiré de drovers.com – par Derrell Peel – Publié le 11 mai 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Il y a cependant une lueur d’espoir. La semaine dernière, l’abattage de bovins était estimé à 452 000 têtes, en baisse de 32,2% sur 12 mois, mais en hausse de 6,4% par rapport à la semaine précédente. J’espère que cela indique le début de la reprise de la capacité d’emballage dans les semaines à venir. Des risques subsistent toutefois et la vitesse à laquelle la capacité de l’usine d’emballage se rétablira n’est pas claire. De nouvelles mesures de sécurité et de nouveaux protocoles de travail signifient probablement que la capacité maximale effective dans les usines de conditionnement du bœuf sera réduite par rapport aux niveaux antérieurs à la COVID-19.

Il faudra probablement plusieurs semaines pour que les taux d’abattage rattrapent l’arriéré croissant de bovins d’engraissement et relancent l’industrie. Entre-temps, tous les secteurs de l’industrie répondent à la nécessité de ralentir le bétail et de le garder plus longtemps dans divers milieux de production avant de terminer dans les parcs d’engraissement. Les poids des bovins d’engraissement augmentent et poussent les poids des carcasses plus haut en contre saison. Le dernier abattage hebdomadaire réel montre un poids de carcasse de bœuf à 891 livres, plus élevé que les trois semaines précédentes et en hausse de 37 livres par rapport à la même période l’an dernier. Les carcasses de génisses pèsent actuellement 24 livres de plus d’une année à l’autre. Les poids des carcasses de bouvillons et de génisses atteignent généralement un creux saisonnier fin mai.

La production de bœuf a fortement chuté en avril, entraînant des pénuries de bœuf frais dans les épiceries et les restaurants. Au cours des cinq semaines se terminant le 9 mai, la production totale de bœuf a diminué de près de 690 millions de livres d’une année à l’autre. Au cours de la pire semaine se terminant le 2 mai, la production totale estimée de bœuf était de 347,1 millions de livres, en baisse de 190,5 millions de livres par rapport à la même semaine l’an dernier. La production estimée de bœuf la semaine dernière a diminué de 31% sur douze mois mais a augmenté de 5,9% par rapport à la semaine précédente, reflétant la légère augmentation de l’abattage de bovins la semaine dernière.

Les prévisions de production totale de bœuf pour 2020 n’ont été que légèrement réduites par rapport aux projections précédentes et se maintiennent toujours à un niveau record de 27,2 milliards de livres ou presque. Cependant, le calendrier de l’année est radicalement modifié, la production de viande bovine du deuxième trimestre devant baisser de 13,3% sur douze mois. La production de bœuf sera poussée au troisième trimestre, qui devrait augmenter de 5,4% par rapport à l’année dernière. La production de bœuf du quatrième trimestre devrait actuellement être légèrement supérieure d’une année à l’autre.

Source : https://www.drovers.com/article/signs-recovery-beef-packingbut-how-fast

Comments are closed.