Comparaison des bouvillons finis avec et sans pathologie du rumen et du foie

//  23 juin 2017  //  Recherche en santé et bien-être animal, Santé Animale  //  Commentaires fermés

NRC_Revue_canadienne_science_animale

Le pH du ruménal, les concentrations d’acides gras à chaîne courte et les concentrations sériques des protéines en phase aiguë pendant la finition des bouvillons avec et sans pathologie du rumen et du foie

Publié sur le Web 13 avril 2017 – Reçu novembre 14, 2016.

Revue canadienne de science animale

Cette étude a été réalisée pour déterminer si la fermentation du rumen et les concentrations sériques des protéines en phase aiguë différaient entre les bouvillons avec et sans pathologie à l’abattage. Les bouvillons avec un cathéter dans le rumen (n = 28) ont été logés avec des bouvillons sans cathéter (n = 250) et assignés aléatoirement dans 1 des 8 enclos. Les boeufs étaient précédemment adaptés à un régime contenant 5% d’ensilage d’orge et 95% de concentré. Le pH ruménal a été mesuré en continu et des échantillons de fluide ruminal et de sang ont été recueillis chaque semaine. Les bouvillons ont été abattus et ceux ayant un score du foie (A ou Page 1 de 19 A +) ou un score du rumen de 2 ou 3 (ulcération ou cicatrisation) ont été classés comme étant PATH et comparés à ceux sans pathologie (SansPATH). Les bouvillons avec PATH ont passé 182 min / jour de plus avec un pH <5,8 (P = 0,05) et 64 min / jour de plus avec un pH de 5,2 (P = 0,03) que les bouvillons SansPATH. La concentration de l’amyloïde A séral était plus élevée chez les bouvillons avec PATH que SansPATH (P = 0,02) et l’haptaglobine avait tendance à être plus élevée (P = 0,08). Dans l’ensemble, les résultats de l’étude actuelle suggèrent que la durée pendant laquelle le pH du rumen est inférieur à 5,2 et qu’il y a une réponse aiguë jugulaire de protéine en phase aiguë est plus grande chez les bouvillons avec des lésions dans le rumen et le foie.

(Traduction libre de Mylène Noël)

Brittany I Wiese, John Campbell, Steve Hendrick, Greg Penner

Source:

Articles:

_____________________________________________________

Ruminal pH, short-chain fatty acid concentrations, and serum acute phase protein concentrations during finishing for steers with and without rumen and liver pathology

Publié sur le Web 13 April 2017.

Reçu novembre 14, 2016.

Revue canadienne de science animale

Résumé

This study was carried out to determine whether ruminal fermentation and serum acute phase protein concentrations differed between steers with and without pathology at slaughter. Ruminally cannulated steers (n=28) were housed with non-cannulated steers (n = 250) and randomly assigned to 1 of 8 pens. Steers were previously adapted to a diet containing 5% barley silage and 95% concentrate. Ruminal pH was measured continuously and ruminal fluid and blood samples were collected weekly. Steers were slaughtered and those with a liver score (A or Page 1 of 19 A+) or a rumen score of 2 or 3 (ulceration or scarring) were classified as PATH and compared to those with no pathology (NOPATH). Steers with PATH spent 182 min/d more with pH < 5.8 (P = 0.05) and 64 min/d more time 5.2 (P = 0.03) than NOPATH. The concentration of serum amyloid A was greater for steers with PATH than NOPATH (P = 0.02) and haptaglobin tended (P = 0.08) to be greater. Overall, results of the current study suggest that the duration of time that ruminal pH is less than 5.2 and a jugular acute phase protein response are greater for steers with a case definition including ruminal and liver lesions.

Brittany I Wiese, John Campbell, Steve Hendrick, Greg Penner

 

Source:

Articles:

Comments are closed.