Comment la technologie blockchain peut ajouter de la valeur

//  9 octobre 2018  //  Techniques et innovations, Technologies  //  Commentaires fermés

10octobre2018-9

Tandis que les consommateurs veulent être plus connectés avec leur nourriture, les moyens classiques ne font pas un travail adéquat. Cela pourrait bientôt changer grâce à la technologie blockchain.

En fait, il est parfois difficile en 2018 d’imaginer ce qui se passe actuellement avec la technologie dans le secteur du bœuf. Alors, préparez votre cerveau à faire beaucoup d’efforts pour imaginer ce qui s’en vient.

Prenez la technologie blockchain, par exemple. Il n’y a pas si longtemps, cela relevait de quelques nerds de l’informatique qui utilisaient des cryptomonnaies telles que Bitcoin pour échanger des données. Certains acteurs du secteur du bœuf prévoient à présent une nouvelle avancée technologique qui apportera une valeur ajoutée au bétail et au bœuf.

Tiré de beefmagazine.com – par Bert Rutherford – Publié le 26 septembre 2018
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Isaac Olvera est l’une de ces personnes. Il est analyste de marché pour Informa Economics IEG à Memphis, dans le Tennessee, qui a examiné l’impact que la technologie de la blockchain pourrait avoir sur vous et votre entreprise.

Cet impact pourrait bien être significatif.

Tout d’abord, voici une brève explication de ce qu’est la technologie blockchain. «Sous sa forme la plus simple, et au risque d’une simplification excessive, la technologie de blockchain est un moyen pour les utilisateurs de transférer des informations uniques sur un réseau, appelés noeuds, de manière sécurisée et transparente pour tous», dit-il.

«De plus, comme les transactions ne sont pas hébergées dans un seul emplacement, chaque transaction est validée, vérifiée entre les parties puis combinée à d’autres transactions au sein de la « chaîne »pour créer un nouveau « bloc » de données pour un grand livre permanent et non modifiable.»

Pour l’agriculture, la blockchain apporte un niveau de transparence sur tous les segments de la chaîne d’approvisionnement, ce qui rend la réactivité à toute question liée à l’alimentation presque instantanée. Walmart fournit un exemple parfait.

«Walmart s’est associé à IBM pour mener à bien certains des projets pilotes les plus complets, notamment le suivi des mangues aux États-Unis et du porc en Chine, à l’aide d’un registre à blocs», a expliqué Isaac Olvera. «Il a été rapporté que les tests de traçabilité sur les mangues utilisant la traçabilité actuelle nécessitaient 6 jours, 18 heures et 26 minutes pour que le fruit soit trouvé dans la ferme d’origine.

«Grâce à la technologie d’utilisation de la blockchain, le temps de retraçage n’était que de 2,2 secondes. Cela a essentiellement créé un véritable processus de suivi de la ferme à la fourchette, à la fois rapide et fiable.»

Qu’est-ce que cela signifie pour les consommateurs… et vous

«Des études auprès des consommateurs ont montré que, si les consommateurs souhaitent être davantage connectés à leur nourriture, les tactiques classiques ne permettent pas de les tenir informés», explique M. Olvera. Avec 96% des Américains faisant leurs achats en ligne, tout en dépensant environ 65% de leur budget d’achat dans les magasins, 37% affirment qu’ils paieraient davantage pour le même bien, pour une meilleure expérience de magasinage mobile. Maintenant, considérons que 56% des millenniaux recherchent des produits en magasin.

«À partir de là, il n’est pas étonnant que, selon les estimations, 94% des consommateurs déclarent qu’ils seraient plus susceptibles de rester fidèles à une marque offrant la transparence», explique M. Olvera.

Voici comment cela fonctionne dans le secteur du bœuf. Une société australienne, BeefLedger, Ltd., a été l’une des premières plates-formes de chaînes d’approvisionnement complètes pour le bœuf. Il utilise des jetons BeefLedger soutenus par la crypto-monnaie Ethereum. Le principe est la traçabilité et la transparence, où tout le monde, du producteur au consommateur, peut accéder à l’ensemble de l’histoire de la viande.

Selon M. Olvera, des jetons ont été émis et des contrats intelligents, qui offrent un paiement simplifié entre les parties et sont considérés comme prêts à l’exportation, sont en place. Le premier envoi de bœuf Wagyu / Black Angus devrait être expédié en Chine d’ici le quatrième trimestre de 2018.

Ensuite, il y a Provence, une start-up basée au Royaume-Uni qui a déployé sa version de blockchain aux États-Unis. Selon Isaac Olvera, Provence travaille avec trois petites exploitations en Arkansas, dont l’une est une entreprise de viande. «Provence propose un code QR scannable qui raconte l’histoire du produit de la ferme à la fourchette.» Cela renforce non seulement la confiance envers le produit, mais également envers la société qui le produit.

Selon M. Olvera, la forme de blockchain la plus courante que l’agriculture pourrait utiliser est la blockchain non publique ou autorisée.

«Par le biais d’une blockchain autorisée, les participants doivent disposer d’un accès approuvé, chaque participant jouant un rôle prédéterminé associé à une implémentation limitée à un rôle», explique-t-il. Par exemple, chaque segment de l’industrie bovine – vache à veau, stockeur, distributeur, emballeur, détaillant – aurait un bloc dans la chaîne. Chacun peut acheter et vendre aux autres et les informations peuvent être échangées dans la chaîne.

La technologie de la blockchain est nouvelle dans le secteur du bœuf et il est difficile d’estimer le moment où elle deviendra une partie importante du processus de commercialisation. Mais cela ne fait aucun doute.

Et cela peut vous aider à obtenir de meilleurs prix pour votre bétail.

«De 2011 à 2016, la consommation de bœuf en Chine a augmenté de 20%, alors que la consommation de porc n’a augmenté que de 8% et que la consommation de poulets de chair a diminué de 5% au cours de la même période. Les perspectives globales de consommation de bœuf en Chine jusqu’en 2018 et au-delà représentent une augmentation de près de 2% par rapport à l’année précédente, ce qui devrait être soutenu par une croissance à deux chiffres des importations de bœuf provenant de fournisseurs sud-américains et australiennes, sans compter les exportations américaines vers  la Chine qui ne sont pas intégrés aux prévisions de l’IEG d’Informa Economics», a déclaré M. Olvera.

«La production de bœuf aux États-Unis devant encore augmenter de 3% en 2018 et de 1% à 2% en 2019 et 2020, il est essentiel d’ accroître la diversification des destinations d’ exportation pour soutenir les prix globaux dans un contexte d’approvisionnement plus important».

La blockchain aidera-t-elle les producteurs de bœuf américains à vendre plus de bœuf en Chine? Probablement. La traçabilité et la transparence offertes par les technologies de chaînes de blocs ont été l’un des principaux obstacles à la mise en place d’un marché plus robuste du bœuf américain en Chine. «S’appuyer sur le marché en croissance de la classe moyenne en Chine pourrait stimuler la croissance des exportations et soutenir ainsi la découpe et les prix du bétail tout au long de l’expansion continue du cheptel», a expliqué M. Olvera.

«Les innovations technologiques telles que, mais pas nécessairement, la blockchain doivent rester à la pointe de l’industrie de l’élevage et de la viande, avec une communication appropriée tout au long de la chaîne d’approvisionnement, afin que toutes les parties évoluent dans la même direction», a conclu Isaac Olvera.

Source : https://www.beefmagazine.com/technology/let-s-talk-blockchain-how-can-new-tech-really-add-value-your-ranch

 

Comments are closed.