Cargill interrompt son deuxième quart de travail à l’usine de bœuf de High River

//  16 avril 2020  //  Dossiers, Santé Humaine et Sécurité Alimentaire  //  Commentaires fermés

21avril2020-2

Cargill est temporairement au ralenti à son deuxième quart de travail dans l’une des plus grandes usines de conditionnement de bœuf au Canada pour «minimiser l’impact» du coronavirus COVID-19.

L’entreprise a annoncé lundi qu’elle réduirait, jusqu’à nouvel ordre,  les quarts de travail à High River, en Alberta, à environ 40 km au sud de Calgary.

Tiré de agcanada.com –  Publié le 13 avril 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Notre objectif est de garder nos employés en bonne santé et de minimiser les risques au sein de la communauté, ce qui a été fortement impacté par COVID-19», a déclaré un porte-parole de l’entreprise par e-mail.

L’entreprise n’a pas précisé les effets du virus sur les travailleurs de l’usine de High River, mais la CBC a cité lundi un responsable syndical disant que 29 travailleurs, cinq employés et quatre sous-traitants avaient jusqu’à présent confirmé la présence de COVID-19.

La société a également mis en place des «mesures de sécurité supplémentaires», telles que des tests de température, un nettoyage et une désinfection améliorés, interdisant aux visiteurs, adoptant des pratiques de distanciation sociale «dans la mesure du possible» et offrant des pauses échelonnées et une flexibilité de quart de travail, Jon Nash, le responsable nord-américain pour La division des protéines de Cargill, a déclaré lundi dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

Des augmentations de salaire et des primes temporaires ont également été accordées à l’usine, a-t-il déclaré.

«Alors que cet emplacement fonctionne à capacité réduite et que nous nous adaptons aux opérations pendant une pandémie, notre travail ne s’arrête pas», a-t-il déclaré, et Cargill «travaille avec les agriculteurs et les éleveurs, nos clients et nos employés pour fournir de la nourriture en ce moment» de la crise et garder les marchés en mouvement.»

L’usine de High River sera de nouveau opérationnelle à pleine capacité dès que cela sera possible en toute sécurité, a-t-il ajouté.

À pleine capacité, l’usine emploie environ 2 000 personnes et traite environ 4 500 têtes de bétail par jour.

La COVID-19 a entraîné des fermetures temporaires dans plusieurs autres installations canadiennes d’emballage de viande, dont Harmony Beef, de Calgary, qui a depuis repris ses activités; une usine de porc Olymel à Yamachiche, au Québec; et une usine de volaille de Maple Leaf Foods à Brampton, en Ontario.

La pandémie a également conduit à plusieurs fermetures d’installations aux États-Unis, dont plus récemment une importante usine d’emballage de bœuf exploitée par JBS à Greeley, au Colorado.

JBS a déclaré lundi qu’il mettrait fin aux opérations à Greeley au cours des deux prochains jours pour garantir que les produits existants dans l’installation puissent être utilisés pour répondre aux besoins d’approvisionnement alimentaire, puis fermer temporairement l’usine jusqu’au 24 avril.

L’usine emploie plus de 6 000 personnes et est le plus gros employeur du comté de Weld, dans le Colorado, qui, selon JBS, fait face à une épidémie croissante de COVID-19, avec près de 740 cas à ce jour.

Source : https://www.agcanada.com/daily/cargill-halts-second-shift-at-high-river-beef-plant

Comments are closed.