Canada Beef prépare de nouvelles idées marketing

//  16 avril 2020  //  Achat local, Marchés, Tendances et consommateurs  //  Commentaires fermés

21avril2020-5

Canada Beef est à la recherche de nouvelles façons de faire la promotion d’anciens plats favoris comme le bœuf haché, a déclaré Michael Young aux participants de la Saskatchewan Beef Industry Conference plus tôt cette année.

La catégorie du bœuf haché représente 60 à 65% des ventes au détail, a déclaré à la foule Young, président de Canada Beef. Mais le manque d’innovations récentes, combiné à la pression de la fausse viande, signifie que la part de marché future est loin d’être un pari sûr. Dans une interview, M. Young a ajouté que l’accent est mis sur la création de nouveaux produits distincts qui n’entameront pas la part de marché des produits existants.

Tiré de canadiancattlemen.ca –  Publié le 14 avril 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Nous ne voulons rien remplacer. Tout est progressif.»

Michael Young et ses collègues ne s’arrêtent pas au bœuf haché. Ils examinent tout, des rôtis de bœuf plus petits (taille pour deux personnes) à la viande en tranches fines pour les casseroles chaudes aux astuces pour transformer un barbecue en fumoir. L’objectif est d’introduire de nouvelles idées sur le marché tous les six mois.

«Nous voulons une plus grande part de marché dans le commerce de détail. Nous voulons une plus grande part de marché au menu. Nous savons que nous devons le gagner. Et c’est ce que ces programmes feront.»

Accroître la demande d’exportation

Du côté des exportations, Canada Beef déploie de nouvelles étiquettes de classement. Michael Young affirme que les clients internationaux comprennent le système de classement américain, mais pas le système de classement canadien. Il note que le Canada a harmonisé son système de classement avec le système américain dans de nombreux domaines, ce qui met un produit «aussi bon ou meilleur» dans la boîte. Cependant, personne ne le sait.»

La nouvelle étiquette de classement comportera la note elle-même et le texte descriptif, mais aura une grande zone transparente, de sorte qu’elle ne couvre pas trop le produit.

«Nous l’avons d’abord testé au Canada, et tous ceux qui l’ont vu ont dit qu’ils le voulaient, ce qui est intéressant. Le marché d’exportation le veut certainement», a soutenu M. Young.

L’an dernier, Canada Beef a également mis en place un programme de développement des marchés d’exportation par le biais du prélèvement national. Ce programme comprend toutes les provinces et les utilisateurs finaux admissibles, dit Michael Young. Il couvre 50% des coûts éligibles dans des activités telles que les missions commerciales entrantes ou sortantes, la promotion (y compris le branding, le co-branding ou la promotion générique), la fréquentation d’événements et l’analyse comparative compétitive.

Canada Beef a également un modèle similaire pour le développement du marché intérieur.

Le programme de développement des marchés d’exportation est conçu uniquement pour les marchés d’exportation, mais Canada Beef ne dicte pas les marchés d’exportation prioritaires, a dit M. Young.

«Les marchés prioritaires pour un partenaire d’approvisionnement sont des marchés d’opportunité pour eux. Et ils peuvent exister n’importe où tant qu’ils sont à l’extérieur du Canada et qu’ils répondent aux critères admissibles, ce qui est assez rigoureux.»

Plus tôt cette année, le gouvernement de l’Alberta a accordé à l’agence 500 000 $ pour s’ajouter au programme national.

«C’est un programme passionnant car il passe d’un support 50/50 à un 75/25 et il couvre un large éventail d’initiatives et de tactiques nécessaires à la croissance des exportations», explique M. Young.

Bien que le modèle soit nouveau dans l’industrie du bœuf, il est construit sur un modèle de longue date de l’industrie porcine, et est donc bien connu du gouvernement de l’Alberta.

Michael Young ajoute qu’il leur permet de tirer parti de l’argent qui est déjà sur la table avec des dollars provinciaux pour stimuler cette région.

Canada Beef recherchera également des partenariats avec d’autres gouvernements provinciaux, ajoute M. Young.

«Ce sont de bons programmes parce que ce sont de véritables partenariats, ce qui signifie qu’il s’agit d’un partenariat entre Canada Beef, le gouvernement provincial local et aussi l’industrie locale.»

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/news/canada-beef-cooks-up-new-marketing-ideas

Comments are closed.