Bovins d’engraissement : l’année débute sur un ton prudent dans l’ouest

//  11 janvier 2019  //  Analyses de marché  //  Commentaires fermés

15janvier2019-4

Les prix des bovins d’engraissement dans l’Ouest canadien étaient relativement inchangés, légèrement à la baisse par rapport à la mi-décembre. Le marché a été légèrement mis à l’essai, avec un commerce direct entre les fermes et les parcs d’engraissement, mais l’activité sur le marché des enchères a été plutôt calme.

Les conditions hivernales dans le sud de l’Alberta ont amené les acheteurs à rester sur la défensive, les veaux plus légers reflétant de faibles réductions; cependant, les nourrisseurs vaccinés ayant une alimentation stable ont connu un glissement limité.

Tiré de albertafarmerexpress.ca – Analyse par Jerry Klassen – Publié le 8 janvier 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

C’était la première grosse période de mauvais temps et de nombreux parcs d’engraissement dirigeaient une équipe réduite. Au lieu d’ajouter au stress de la literie et de la vérification des enclos, les gestionnaires de parcs d’engraissement ont retardé leurs achats pour alléger le fardeau de la transformation. La force du dollar canadien a également donné un ton négatif et a éclipsé toutes les catégories de poids. Bien que le marché du Nebraska ait augmenté de 2 à 4 dollars US, les acheteurs américains ne faisaient pas leurs achats activement dans l’Ouest canadien la semaine dernière. Tous ces facteurs ont contribué à l’affaiblissement du sentiment du marché.

Bouvillons et génisses pesant 850 lb difficiles à définir, mais les idées d’achat dans les parcs d’engraissement se situaient entre 3 et 5 $ de moins que la moyenne du mois dernier. Dans le centre et le sud de l’Alberta, les bouvillons mixtes de taille moyenne à grande ont une moyenne de 700 lb ont été cités entre 190 et 196 dollars. Dans le sud de l’Alberta, les bouvillons pesaient en moyenne 600 lb ont été évalués entre 205 $ et 210 $; génisses pesant 600 lb ont été évalués de 180 $ à 185 $ dans la même région. Il n’y avait pas beaucoup de bétail en vente, mais ces valeurs sont des indices qui pourraient intéresser les parcs d’engraissement.

Avant la fin de l’année, il semblait y avoir un ton inquiet sur le marché, avec certains acheteurs qui attendaient jusqu’à la dernière minute pour couvrir leurs besoins en 2018. Cela a rendu le marché très variable et des achats ont été effectués même si le bétail n’avait pas tout à fait raison. Cette semaine, on pouvait ressentir le changement de sentiment du marché. Les acheteurs affûtaient leurs crayons et, si la situation économique et le rapport risque / rendement ne leur paraissaient pas favorables, ils se contentaient d’attendre.

Source : https://www.albertafarmexpress.ca/daily/klassen-feeder-market-starts-year-with-cautious-tone

 

Comments are closed.