Beef Checkoff américain : Les décideurs – Partie 2

//  28 décembre 2019  //  Dossiers, Gestion  //  Commentaires fermés

31dec2019-5

Voici la suite de l’article de Greg Hanes, PDG Cattlemen’s Beef Board, publié récemment et intitulé : Beef Checkoff américain : où vont les dollars 

Le Beef Checkoff a été conçu par les producteurs, pour les producteurs, afin de créer de la valeur en se concentrant sur des domaines clés de la recherche et de la promotion pour stimuler la demande de notre bœuf dans le monde entier. Mais qui décide où les dollars de prélèvement sont le mieux utilisés?

La prise de décision fonctionne dans un seul but: les producteurs et les importateurs prennent des décisions pour financer des programmes et des activités qui améliorent leurs résultats. Comme il se doit — il est juste que ceux qui ont la peau dans le jeu soient ceux qui prennent les décisions de financement.

Tiré de drovers.com – par Greg Hanes – Publié le 17 décembre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Simplement axé sur le producteur

Comme je l’ai décrit le mois dernier dans «The Reality of the Beef Checkoff», il existe des couches de processus et de procédures en place pour garantir que les décisions sont dictées par les producteurs au niveau local et national et que les prélèvements sont investis conformément à des règles strictes et spécifiques. paramètres. Cette prise de décision est mandatée par la Loi sur la promotion et la recherche du bœuf, et l’USDA a été délégué par le Congrès pour s’assurer que cela se produise.

La représentation et l’implication des producteurs et des importateurs sont au cœur de Beef Checkoff. C’est grâce aux efforts conjoints du comité entre le Cattlemen’s Beef Board (CBB) et la Fédération des conseils d’État de la viande bovine que les producteurs peuvent officiellement avoir leur mot à dire sur la façon dont les fonds Beef Checkoff sont investis chaque année.

Les organisations certifiées de l’industrie du bœuf nomment des producteurs et des importateurs de bœuf au Secrétaire à l’agriculture pour nomination au CBB. Le Secrétaire sélectionne ensuite les individus parmi ces candidatures, le nombre de producteurs dans chaque État étant déterminé par le nombre de bovins dans leur État. En 2020, il y aura 99 membres du conseil d’administration du CBB. Ces membres ont la possibilité de siéger aux comités de vérification du CBB, aux comités administratifs du CBB, au comité consultatif d’évaluation ainsi qu’au comité opérationnel de promotion du bœuf (BPOC).

L’un des rôles les plus importants des membres du conseil d’administration de la CBB est de participer aux comités de vérification de la CBB, qui sont composés de 20 membres de la CBB et de 20 membres de la Federation of State Beef Councils. Ces comités sont créés pour correspondre aux objectifs clés qui ont été déterminés par le plan à long terme de l’industrie (LRP). Ces comités sont la croissance des exportations, la confiance des consommateurs, l’innovation, la sécurité et la nutrition et la santé. Au cours de plusieurs réunions au cours de l’année, des entrepreneurs qualifiés présentent des projets et des idées préliminaires (demandes d’autorisation) à ces comités de validation, qui notent ensuite chacun des projets, fournissent des commentaires et des commentaires, et demandent des révisions pour s’assurer que les projets sont aussi efficaces et bénéfiques pour le l’industrie que possible. Les projets mis à jour et les commentaires du comité sont ensuite soumis, avec les autres résultats de l’évaluation, au BPOC.

Les membres du BPOC passent tous par un processus de sélection et d’entrevue intense par leurs collègues producteurs et importateurs avant d’être nommés. C’est un processus très compétitif, qui se déroule chaque année, avec beaucoup plus de candidats que de sièges. En septembre de chaque année, le BPOC (composé de 10 membres du CBB et de 10 membres de la Fédération des conseils d’État de la viande bovine) examine et entend des présentations sur toutes les demandes d’autorisation (RA) par les entrepreneurs qualifiés.

Les montants totaux demandés par les contractants sont généralement beaucoup plus élevés que les fonds disponibles, donc le BPOC doit déterminer quels projets financer (ou ne pas financer). En septembre, par exemple, la BPCO a examiné près de 51 millions de dollars de demandes de financement et affecté environ 40,9 millions de dollars à des programmes de promotion du bœuf, de recherche, d’information des consommateurs, d’information sur l’industrie, de marketing à l’étranger et de communication avec les producteurs pour l’exercice 2020.

Une majorité des deux tiers est requise pour approuver tout projet, de sorte que les projets qui semblent offrir le meilleur rendement à l’industrie sont approuvés pour financement. Ce projet de plan budgétaire est ensuite soumis au conseil d’administration pour approbation. S’il est approuvé par l’ensemble du conseil d’administration, le budget, les AR et les contrats sont finalement soumis à l’USDA pour approbation.

Collaboration

C’est un processus bien défini, en couches et structuré, plein de freins et de contrepoids, le tout visant à garantir que vos voix soient entendues et que les éleveurs et les femmes bénéficient du travail effectué avec les dollars de vérification du bœuf.

Ce processus décisionnel favorise la collaboration entre les intervenants de l’industrie, garantissant que toutes les décisions sont prises avec une justification solide.

Pour beaucoup, le meilleur endroit pour s’impliquer est d’assister au CBB et aux réunions du conseil de bœuf d’État qualifié. Les réunions sont ouvertes au public et tous sont encouragés à y assister. Pour devenir membre du Cattlemen’s Beef Board, un producteur doit travailler avec une organisation de nomination certifiée dans son état, sa région ou son unité.

Axé sur le producteur. Comme cela devrait être. En ce qui concerne le Beef Checkoff, ceux qui ont la peau dans le jeu prennent les décisions d’investissement et bénéficient de ces investissements.

Source : https://www.drovers.com/article/greg-hanes-beef-checkoff-decision-makers-part-2

Comments are closed.