Australie : le suivi via la blockchain à l’œuvre pour lutter contre la substitution et la fraude de bœuf

//  21 octobre 2019  //  Traçabilité  //  Commentaires fermés

22octobre2019-8

Trois tonnes de bœuf d’exportation australien provenant de l’usine Northern Cooperative Meat Co de Casino NSW plus tôt cette année auraient été le premier bœuf exporté à faire l’objet d’un suivi et d’une vérification à l’aide des technologies de la blockchain et de l’Internet des objets.

Destiné à la Chine, cet envoi était le premier d’un projet réalisé dans le cadre du programme Food Agility CRC *, dirigé par la société du Queensland BeefLedger et l’Université de technologie du Queensland. L’occasion a été marquée par deux dîners du secteur à Shanghai auxquels ont assisté des chefs et des directeurs de restaurants et d’hôtels cinq étoiles. Un deuxième envoi d’essai dans le cadre du programme devrait partir pour la Chine en septembre.

Tiré de beefcentral.com – par Jon Condon – Publié le 18 octobre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le projet et la technologie qu’il utilise visent à résoudre le problème de la substitution et du «steak contrefait» sur les marchés internationaux d’exportation, en donnant aux fournisseurs et aux consommateurs l’assurance que leur viande est d’origine australienne à 100% et décrite dans l’emballage.

Le projet BeefLedger est l’un des premiers projets soutenus par le programme CRC de 200 millions de dollars du programme Food Agility, basé à QUT, qui a reçu une subvention d’un million de dollars sur deux ans.

Technologies pour empêcher la substitution

L’équipe à l’origine du projet élabore un système numérique utilisant des «contrats intelligents» pour remplacer les lettres de crédit interchangeables, développe et intègre une série de technologies dans de nouveaux emballages afin d’empêcher le remplacement de produits de viande contrefaits, et crée des applications destinées aux consommateurs et aux fournisseurs. peut vérifier la provenance de leur viande et en apprendre davantage à ce sujet.

Le projet s’appuiera sur une nouvelle crypto-monnaie numérique appelée BEEF Token, développée dans le cadre de la conception et de la mise en œuvre de la première application au monde de la technologie du grand livre ou de la blockchain distribuée à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de la viande bovine.

Les soutiens du projet affirment que le BEEF Token va propulser la Blockchain de BeefLedger et offrir aux utilisateurs les avantages à valeur ajoutée de l’accès aux données de provenance certifiées, de l’historique des ventes, de la rétroaction des consommateurs, de la prévention des maladies, de la rationalisation des paiements et de la sécurité alimentaire. Ils affirment que cela pourrait potentiellement limiter les fluctuations des prix, soutenir la provenance des aliments et prévenir la fraude alimentaire.

La fraude alimentaire est une préoccupation croissante

Le Dr Mike Briers, directeur général du CRC pour Food Agility, a déclaré que la fraude alimentaire était une préoccupation croissante, la demande de bœuf australien sur des marchés tels que la Chine dépassant l’offre.

«Le faux steak coûte des millions de dollars aux producteurs australiens, met en péril la santé des consommateurs et endommage la marque australienne», a-t-il déclaré.

Les technologies cryptographiques telles que la chaîne de blocs pourraient créer un enregistrement immuable et incassable, permettant de suivre un produit de paddock à assiette, de certifier la provenance du produit et de donner confiance aux consommateurs, a déclaré le Dr Briers.

La société BeefLedger construit des systèmes de chaîne d’approvisionnement connectés pour l’industrie du bœuf. Son président, Warwick Powell, a déclaré que les nouvelles technologies faisaient plus que dépister la provenance, et promettait de changer la donne pour l’industrie alimentaire australienne.

«Les systèmes peuvent également sécuriser des données pour suivre les conditions de transport, prévoir plus précisément la durée de conservation et les dates de péremption et relier les consommateurs aux producteurs», a déclaré M. Powell.

Le PDG de BeefLedger, Warwick Powell, avec le chef Shu lors de la démonstration de cuisine au Mount Gambier High School.

«Nous pouvons également encourager les membres de la chaîne d’approvisionnement à faire ce qui s’impose en offrant des incitations économiques au travers des crypto-monnaies nouvellement établies et des dernières informations issues de l’économie comportementale.»

Le bœuf BeefLedger a été présenté à Beijing, Shanghai, Wuxi, Changshu, Chengdu, Wuhu et Guangzhou, a déclaré M. Powell. «Ce n’est que la partie visible de l’iceberg, car nous visons à fournir aux consommateurs chinois avertis des produits en lesquels ils peuvent avoir confiance. Nous sommes impatients d’aider d’autres marques de bœuf australiennes à maintenir une valeur basée sur la provenance sur le marché chinois en croissance rapide et fluide», a-t-il dit.

Le professeur Marcus Foth du QUT Design Lab, a déclaré que les consommateurs modernes exigeaient de plus en plus d’informations fiables sur l’origine de leur nourriture, son empreinte environnementale et le bien-être des animaux.

«La façon dont les consommateurs interagissent avec les données de provenance des aliments est une des choses qui nous intéressent particulièrement. Les expériences numériques qui les rapprochent de la source et les producteurs de leurs aliments sont essentielles pour faire évoluer le système agroalimentaire vers des pratiques plus durables», a-t-il déclaré.

M. Briers a déclaré que le projet, cofinancé par le CRC, Agro-Alimentaire, et des partenaires de l’industrie, était l’un des investissements les plus importants du CRC à ce jour, illustrant ainsi sa mission de favoriser la collaboration intersectorielle.

Source : https://www.beefcentral.com/ag-tech/food-agility-project-seeks-to-tackle-substitution-and-fraud-in-beef-exports/

Comments are closed.