Andrew P. Griffith – Faits saillants du marché

//  26 juin 2017  //  Analyses de marché, Marchés  //  Commentaires fermés

Griffith_Tennessee

Le 23 juin 2017

Bovins finis

Les bovins finis se sont échangés à 8-9 $ de moins par rapport à la semaine dernière. Les prix du vivant étaient principalement à 120-123 $ tandis que les prix carcasse étaient principalement à 193-198 $ dont certains aussi bas que 186 $.

Les prix moyens pondérés du 5 zones jeudi étaient à 121,51 $ vivant, en baisse de 8,72 $ par rapport à la semaine dernière et à 193,80 $ carcasse, en baisse de 6,32 $ par rapport à la semaine précédente. Il y a un an, les prix étaient à 116,09 $ vivant et à 187,77 $ carcasse.

(Traduction libre de Mylène Noël)

Les parcs d’engraissement ont pu un peu négocier et utiliser la forte demande de boeuf pour soutenir les prix pendant la majeure partie du mois de juin. Comme le marché a trouvé du soutien semaine après semaine, beaucoup de gens dans l’industrie ont estimé que les prix finiraient par se ramollir à un certain moment de l’été. C’est arrivé cette semaine comme l’inévitable est arrivé. La baisse importante des prix pourrait être une histoire pessimiste de l’ignorance pour l’industrie du bétail, mais les producteurs d’embouche restent rentables malgré le déclin des prix. Ce qui aurait pu surprendre les participants de l’industrie est l’ampleur de la baisse en une semaine. La plupart des producteurs d’embouche étaient préparés à des prix plus bas, attestés par l’actualité du marché. Cependant, la plupart producteurs d’embouche auraient préféré un déclin plus lent des prix.

Découpe du bœuf

À midi vendredi, la découpe Choice était à 239,50 $, en baisse de 3,38 $ par rapport à jeudi et en baisse de 10,37 $ par rapport à vendredi dernier. La découpe Select était à 217,01 $, en hausse de 0,09 $ par rapport à jeudi et en baisse de 2,66 $ par rapport à vendredi dernier. L’écart de prix Choice-Select était de 22,49 $ par rapport à 30,20 $ il y a une semaine.

Avec le changement du printemps à l’été, les prix du boeuf en boîte ont été à la baisse, mais la baisse des prix n’est pas négative pour le marché du boeuf car la demande de boeuf a été forte tout le printemps. D’un point de vue saisonnier, les prix du boeuf en boîte commencent généralement à ramollir au début de juin. Cependant, les prix de gros du bœuf ont continué de monter au cours des premières semaines de juin, ceci est particulièrement vrai pour la découpe Choice. L’augmentation de prix de la découpe Choice est due aux produits de boeuf de chaque coupe primaire, à l’exception de la longe. La valeur composite de la longe est près de deux pour cent inférieure à celle d’il y a un an alors que les six valeurs primaires restantes sont de 9 à 24 pour cent plus élevées qu’il y a un an. Les prix du bœuf Choice ont ramolli cette semaine par rapport à ceux du boeuf Select, comme en témoigne l’écart Choice Select, qui a réduit plus de 7 $. Non seulement un prix fort de découpe indique une forte demande de boeuf mais une baisse du bœuf en entrepôt frigorifique l’indique aussi. Le boeuf en entrepôt frigorifique à la fin du mois de mai était inférieur de 10,6 pour cent par rapport à il y a un an et 9,9 pour cent inférieur par rapport à il y a un mois.

Perspectives

Les marchés des veaus et de l’embouche continuent d’avoir une tendance à la baisse alors que les contrats à terme des bovins d’embouche ouvrent la voie à des prix d’été plus doux. En regardant le contrat à terme des bovins d’embouche d’août 2017, le prix du contrat d’août a fait une course à la hausse de 36 $ du début de mars jusqu’au début de mai et a terminé juste au-dessus des 160 $. Les prix sur le contrat d’août ont ensuite plongé en-dessous des 147 $ avant de refermer juste en-dessous des 160 $ au début de juin. Depuis la première semaine de juin, le contrat des bovins d’embouche d’août a perdu plus de 16 $. La baisse des prix du marché à terme a entraîné une faiblesse dans le pays. Selon les prix hebdomadaires du marché de l’enchère du Tennessee, les prix des bouvillons étaient en baisse de 2 à 6 $ par rapport à la semaine dernière alors que les prix des génisses étaient en baisse de 2 à 5 $ par rapport à ceux d’il y a une semaine. Au cours des deux dernières semaines, les bouvillons de 500 à 600 livres ont perdu 8 $ par quintal, tandis que les prix de 700 à 800 livres ont diminué un peu plus de 7 $ par quintal. Des pertes semblables ont également été observées dans le marché des génisses d’embouche. Les pertes de prix telles que celles discutées ici deviennent inquiétantes car les bovins perdent en attendant une valeur de 40 à 50 $ la tête. Ces types de baisses de prix font réfléchir les producteurs vers vendre plus tôt que tard, mais la prudence est de mise compte tenu des circonstances. La réaction psychologique de nombreux producteurs est de vendre rapidement lorsque les prix commencent à faiblir tandis que le contraire est vrai lorsque les prix augmentent. Compte tenu des fondamentaux du marché d’aujourd’hui, les prix des veaux légers continueront de baisser au cours des mois d’été et d’automne. Cependant, garder ces veaux légers à la ferme permet au producteur d’ajouter des kilos à l’animal et de le préparer pour le parc d’engraissement. Le marché des bovins d’embouche va probablement rebondir dans les 30 à 60 prochains jours car les parcs d’engraissement seront à la recherche de stocks plus tard en été. Le contrat des bovins d’embouche d’août aura de la difficulté à dépasser les 160 $, mais le marché a de bonne chance d’atteindre son meilleur à 150 $ d’ici le 1er août. Le risque de baisse dans le marché des bovins d’embouche est faible dans les deux prochains mois, mais s’il y a un problème, le bétail pourrait être évalué aujourd’hui.

Le rapport de juin des bovins en engraissement pour les parcs d’engraissement d’une capacité de 1000 têtes ou plus a indiqué que le nombre des bovins et veaux en engraissement au 1er juin 2017 était de 11,10 millions de tête, en hausse de 2,7% par rapport à l’année précédente, avec une moyenne estimée pré-rapport qui s’attend à une augmentation de 2,2%. Les placements du mois de mai en parcs d’engraissement ont totalisé 2,12 millions de têtes, en hausse de 12,2% par rapport à l’année précédente, la moyenne des prévisions indiquant que les placements augmenteraient de 10,1%. Les mises en marché du mois de mai étaient de 1,79 millions de têtes, en hausse de 8,7% par rapport à 2016 avec une estimation pré-rapport qui s’attend à une augmantation des mises en marché de 8,8%. Les placements en engraissement par poids: moins de 700 livres, en hausse de 28,8%; 700 à 799 livres en hausse de 10,4%; 800 à 899 livres en baisse de 2,6%; et 900 livres et plus de 12,1%.

Demande à Andrew

La question de cette semaine concerne la sécheresse dans les plaines du Nord et son impact sur les marchés du bétail. La sécheresse est une situation malheureuse pour ceux qui l’éprouvent. Les producteurs ont été forcés de prendre des décisions difficiles, comme celle de vendre des paires vache-veau et des génisses de remplacement qui étaient l’avenir du troupeau. Alors que certains producteurs doivent vendre du bétail en raison de la sécheresse, les producteurs des autres régions du pays ont la possibilité d’acheter des animaux reproducteurs de qualité avec encore plusieurs bonnes années de vie reproductive. En ce qui concerne le marché des bovins d’embouche, la situation de la sécheresse dans les plaines du Nord n’est pas susceptible d’influencer grandement le marché. La sécheresse pourrait entraîner l’entrée de quelques animaux dans les parcs d’engraissement plus tôt que prévu, mais cette occurrence entraînera une pression minimale sur le marché. La sécheresse des Plaines du Nord pourrait soutenir les prix des veaux cet automne, mais l’ampleur du soutien sera si faible qu’il sera difficile de le distinguer des autres moteurs du marché. L’histoire pourrait changer si les conditions de sécheresse continuaient à se développer.

Les prix de clôture du vendredi étaient les suivants:

Bovins finis vivants – Juin 119,20 $ +0,58; Août $ 115.28 +1.00; Octobre $ 112.43 +0.43;

Bovins d’embouche – August 144,95 $ +1.50; Septembre $ 144.40 +1.43; Octobre 142.70 +1.25; Novembre 141,20 $ +1,28;

Le maïs de juillet a clôturé à 3,58 $ en baisse de 0,05 $ par rapport au jeudi.

Tendances pour la semaine par rapport à il y a une semaine

Vaches d’abattage – Stable à 3 $ de plus

Taureaux d’abattage – 1 $ de plus

Bouvillons d’embouche – 2 $ à 6 $ de moins

Génisses d’embouche – 2 $ à 5 $ inférieur

Indice des bovins d’embouche – Index du mercredi: 148,18

Bovins finis – Le prix du vivant du 5 zones de 121,51 $ est en baisse de 8,72 $. Le prix carcasse est en baisse de 16,32 $ à 193,80 $.

Maïs – Juillet a fermé à 3,57 $ le boisseau, en baisse de 27 cents depuis vendredi dernier.

Soja – Le mois de juillet a clôturé à 9,04 $ le boisseau, en baisse de 35 cents depuis vendredi dernier.

Blé – Juillet a fermé à 4,59 $ le boisseau, en baisse de 6 cents depuis vendredi dernier.

Griffith_23-06_1 Griffith_23-06_2 Griffith_23-06_3 Griffith_23-06_4

Commentaires sur les bovins par le Dr Andrew P. Griffith

Source :

Articles:

 

_____________________________________________

FED CATTLE: Fed cattle traded $8 to $9 lower on a live basis compared to last week. Prices on a live basis were mainly $120 to $123 while dressed trade was mainly $193 to $198 with some as low as $186.

The 5-area weighted average prices thru Thursday were $121.51 live, down $8.72 from last week and $193.80 dressed, down $6.32 from a week ago. A year ago prices were $116.09 live and $187.77 dressed.

Feedlots were able to use a little leverage and strong beef demand to support prices through most of June. As the market found support week after week, many in the industry felt prices had to soften at some point in the summer. That point came this week as the inevitable happened. The large price decline could be sold as a doom and gloom story to the unlearned in the cattle business, but cattle feeders remain profitable despite the price decline. What might have caught industry participants off guard is the magnitude of the drop in one week’s time. Most cattle feeders were prepared for lower prices, evidenced by being current in marketings. However, most cattle feeders would have taken more kindly to a slower price decline.

BEEF CUTOUT: At midday Friday, the Choice cutout was $239.50 down $3.38 from Thursday and down $10.37 from last Friday. The Select cutout was $217.01 up $0.09 from Thursday and down $2.66 from last Friday. The Choice Select spread was $22.49 compared to $30.20 a week ago.

With the calendar shift from spring to summer, boxed beef prices broke to the downside, but the price decline is not negative for the beef market as beef demand has been strong all spring. From a seasonal standpoint, boxed beef prices generally begin softening in early June. However, wholesale beef prices continued pushing higher through the first few weeks of June and this is especially true for the Choice cutout. The price increase in the Choice cutout is due to beef products from every primal except the loin. The composite loin primal value is nearly two percent lower than one year ago while the remaining six composite primal values are 9 to 24 percent higher than a year ago. Choice beef prices softened this week relative to Select beef as is evidenced by the Choice Select spread narrowing more than $7. Not only does a strong cutout price point to strong beef demand but so does a decline of beef in cold storage. Beef in cold storage at the end of May was 10.6 percent lower than one year ago and 9.9 percent lower than one month earlier.

OUTLOOK: Calf and feeder cattle markets continue to trend lower as feeder cattle futures lead the way for softer summer prices. Taking a look at the August 2017 feeder cattle futures contract, the August contract price made a $36 run to the upside from early March through early May and finished just above $160. Prices on the August contract then dipped below $147 before closing just shy of $160 again in early June. Since the first week of June, the August feeder cattle contract lost more than $16. The futures market price decline has led to weakness in the country. Based on Tennessee weekly auction market prices, steer prices were $2 to $6 lower than last week while heifer prices were $2 to $5 lower than a week ago. In the past two weeks, 500 to 600 pound steers have lost $8 per hundredweight while 700 to 800 pound steer prices have declined a little over $7 per hundredweight. Similar losses have been noted in the feeder heifer market as well. Price losses such as the one discussed here become worrisome as cattle lose $40 to $50 worth of value while standing in the field. These types of price declines get producers to thinking about selling cattle sooner rather than later, but a word of caution is in order given the circumstances. The psychological reaction for many producers is to sell quickly when prices begin to falter while the opposite is true when prices are increasing. Given today’s market fundamentals, lightweight calf prices will continue to decline through the summer and fall months. However, keeping these lightweight calves on the farm allows a producer to put pounds on the animal and make them feedlot ready. The feeder cattle market will likely rebound in the next 30 to 60 days as feedlots look for inventory later in the summer. It will be tough for the August feeder cattle contract to push past $160 but there is strong potential for the market to best $150 by August 1st. Downside risk in the feeder cattle market is small the next couple of months, but if there is a concern then cattle could be priced today.

The June cattle on feed report for feedlots with a 1000 head or more capacity indicated cattle and calves on feed as of June 1, 2017 totaled 11.10 million head, up 2.7% compared to a year ago, with the pre-report estimate average expecting an increase of 2.2%. May placements in feedlots totaled 2.12 million head, up 12.2% from a year ago with the pre-report estimate average expecting placements up 10.1%. May marketing’s totaled 1.79 million head up 8.7% from 2016 with pre-report estimates expecting marketings up 8.8%. Placements on feed by weight: under 700 pounds up 28.8%, 700 to 799 pounds up 10.4%, 800 to 899 pounds down 2.6% and 900 pounds and over up 12.1%.

ASK ANDREW, TN THINK TANK: This week’s question was in relation to the drought in the Northern Plains and its impact on cattle markets. The drought is an unfortunate situation for those experiencing it. It has resulted in producers being forced to make tough decisions such as selling cow-calf pairs and replacement heifers that were the future of the herd. As some producers market cattle due to drought, producers in other areas of the country have the opportunity to purchase quality breeding stock with several more years of useful reproductive life. In relation to the feeder cattle market, the drought situation in the Northern Plains is not likely to greatly influence the market. The drought could result in a few animals entering the feedlot earlier than expected, but this occurrence will result in minimal market pressure. The Northern Plains drought could support calf prices this fall, but the magnitude of the support will be so small that it will be difficult to distinguish it from other market movers. The story could change if drought conditions continue expanding.

Friday’s closing prices were as follows: Live/fed cattle –June $119.20 +0.58; August $115.28 +1.00; October $112.43 +0.43; Feeder cattle –August $144.95 +1.50; September $144.40 +1.43; October $142.70 +1.25; November $141.20 +1.28; July corn closed at $3.58 down $0.05 from Thursday.

Trends for the Week Compared to a Week Ago

Slaughter Cows – Steady to $3 higher

Slaughter Bulls – $1 higher

Feeder Steers – $2 to $6 lower

Feeder Heifers – $2 to $5 lower

Feeder Cattle Index – Wednesday’s index: 148.18

Fed Cattle – The 5-area live price of $121.51 is down $8.72. The dressed price is down $16.32 at $193.80.

Corn – July closed at $3.57 a bushel, down 27 cents since last Friday.

Soybeans – July closed at $9.04 a bushel, down 35 cents since last Friday.

Wheat – July closed at $4.59 a bushel, down 6 cents since last Friday.

Griffith_23-06_1 Griffith_23-06_2 Griffith_23-06_3 Griffith_23-06_4

Comments by Dr Andrew P. Griffith

Source :

Articles:

 

Comments are closed.