Alimentation 100 % végane : la fausse bonne idée pour sauver la planète

//  27 juin 2019  //  Production durable et environnement, Tendances et consommateurs  //  Commentaires fermés

2juillet2019-3

Si une réduction drastique de notre consommation de viande s’impose pour des raisons sanitaires et pour lutter contre le réchauffement climatique, les animaux d’élevage vont rester indispensables pour leur apport à l’environnement. A condition de revoir nos modes de production.

Faire baisser la consommation de viande, oui, mais jusqu’à quel point ? Les rapports se suivent et se ressemblent pour nous enjoindre de changer notre alimentation : 500 grammes de viande rouge par semaine au maximum pour la dernière étude académique française Nutrinet, et même moins de 200 grammes dans l’étude Eat publiée par le journal «The Lancet» en début d’année. La viande est dans la ligne de mire des spécialistes de la nutrition, comme de ceux de l’environnement.

Tiré de lesechos.fr – par Frank Niedercorn – Publié le 25 juin 2019

Pour les premiers, nos régimes trop riches en produits d’origine animale, notamment la viande rouge, favorisent l’obésité, le diabète et l’apparition de maladies cardiovasculaires. «En France, l’étude NutriNet-Santé a recensé 21 % de personnes en surpoids parmi les consommateurs de viande, contre seulement 12 % pour les gens suivant un régime végétarien. La tendance est la même à l’étranger. On associe également à une alimentation plus végétale la baisse du risque de certains cancers», analyse Benjamin Allès, chercheur au sein de l’Equipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren).

Les seconds, quant à eux, pointent l’élevage, responsable à lui seul de 18 % des émissions de gaz à effets de serre – dont les deux tiers sont liés à la production de viande et de lait. Sachant que 75 % des surfaces agricoles mondiales (en comptant 30 % de prairies) sont consacrées à l’élevage, qui consomme en outre plus d’un tiers de la production de céréales.

Services à l’environnement

Pour autant, pourrait-on imaginer une planète sans viande ? L’être humain peut s’en passer, comme il peut trouver des substituts à tous les produits issus des animaux. Les personnes pratiquant un strict régime végan ou végétalien doivent toutefois utiliser des compléments alimentaires pour remplacer certains nutriments, notamment la vitamine B12, contenue dans la viande, les oeufs ou le lait, et indispensables à notre métabolisme. Il leur est même conseillé d’être suivis médicalement lors de leur conversion à ce régime. Une étude sur les conséquences sur la santé d’un régime végétalien est d’ailleurs prévue dans le cadre de la plate-forme NutriNet-Santé dès la fin de cette année.

Une planète dont l’élevage aurait disparu à cause d’un arrêt de la consommation de viande est plus difficile à concevoir. «Un modèle alimentaire végan généralisé nous mènerait à une impasse d’un point de vue environnemental», affirme Thomas Nesme, professeur d’agronomie à Bordeaux Sciences Agro. Les animaux assurent en effet différents services, à commencer par la valorisation des prairies qui occupent la moitié des surfaces cultivées dans le monde. Par exemple, dans les zones de moyenne montagne, où il est difficile de cultiver autre chose. «Que ferait-on des prairies, puisque l’homme ne sait pas digérer l’herbe ? Outre cette production alimentaire, elles jouent un rôle essentiel pour la biodiversité faunistique et florale et dans la lutte contre le changement climatique en stockant du carbone. Elles sont importantes pour la régulation des flux d’eau, sans oublier leur rôle esthétique», précise Thomas Nesme.

Interdépendance

Les animaux consomment également les coproduits de l’industrie agroalimentaire, comme les tourteaux de soja issus de la production de l’huile. Ils produisent surtout des fertilisants grâce à leurs déjections. Dans les pays du Sud, l’élevage fait vivre environ 800 millions de personnes pauvres des pays du Sud.

Et l’animal devrait même jouer un rôle dans la transformation à venir. «Il y a interdépendance des systèmes alimentaires et des systèmes de production et de transformation», analyse François Léger, directeur de recherches à AgroParisTech. Une évolution qu’on voit déjà à l’oeuvre avec le développement de l’agriculture biologique, dans laquelle l’animal joue un rôle majeur, puisqu’elle combine polyculture et élevage. «Si le bio se développe, l’animal joue un rôle fondamental dans le transfert de la fertilité vers les cultures», insiste Thomas Nesme, dont le laboratoire doit bientôt publier une étude sur ce sujet.

Déchets alimentaires pour les porcs

Des chercheurs ont estimé l’impact de l’alimentation sur la consommation d’espaces agricoles. Bien sûr, comme cela a été largement démontré, plus nos régimes sont riches en protéines d’origine animale, plus on dévore de terre. En revanche, la courbe réserve une surprise, puisque son point le plus bas n’est pas atteint avec une consommation strictement végétale, mais avec un régime intégrant en moyenne 12 % de protéines animales, et notamment du lait, comme le révèle une étude menée aux Pays-Bas.

«Un monde sans animaux ne serait pas optimal, et la généralisation d’une alimentation végétalienne nécessiterait plus de terres pour nourrir la population qu’un régime modéré en viande», confirme Bertrand Dumont, chercheur à l’Inra et à l’université de Clermont-Auvergne.

La généralisation d’une alimentation végétalienne nécessiterait plus de terres pour nourrir la population qu’un régime modéré en viande

Les herbivores ne sont pas seuls en cause. On pourrait ainsi nourrir les porcs à l’aide de déchets issus du gaspillage alimentaire et de coproduits de l’industrie alimentaire. «Cela permettrait selon certaines études de réduire d’un cinquième l’utilisation des surfaces agricoles européennes. Ce serait un levier important puisqu’on considère que 30 % des aliments produits sont perdus. Encore faudrait-il faire évoluer la législation européenne, qui ne le permet pas aujourd’hui», insiste Bertrand Dumont.

Elever plutôt que produire

Les critiques convergent surtout vers l’élevage industriel. «Pratiqué de façon très dense comme en Bretagne, en Allemagne du Nord ou au Danemark, ce modèle constitue un problème majeur pour l’environnement», dénonce François Léger. «Répartir l’élevage n’aurait que des avantages agronomiques, en diversifiant les cultures et les paysages et en diminuant les pesticides, puisque les insectes ravageurs seraient moins présents.»

Cela supposerait une autre approche de l’élevage. «Il existe une différence ontologique entre produire des animaux et les élever. Il faut revenir à l’élevage avec sa diversité de races, d’alimentations, de compétences en fonction des territoires», assure Jocelyne Porcher, ancienne éleveuse de brebis, devenue chercheuse à l’Inra, qui publie en septembre prochain «Cause animale, Cause du capital» aux éditions Le Bord de l’eau.

«Un changement de régime alimentaire moins riche en produits animaux ouvre ainsi des perspectives pour une transition vers une agroécologie moins productive», conclut ainsi un travail de prospective à l’horizon 2050, mené pour le compte de l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales). Le rapport assure qu’une «généralisation de l’agroécologie, l’abandon des importations de protéines végétales et l’adoption de régimes alimentaires plus sains», permettrait, à l’horizon 2050, et malgré une baisse de production de 35 %, de nourrir sainement 350 millions d’Européens.

Les limites de la viande produite en laboratoire

A l’horizon 2040, la viande naturelle, dont les ventes vont baisser de 3 % par an, ne représentera que 40 % du marché global, selon une récente étude du cabinet AT Kearney . La viande cellulaire, ou «viande de culture», produite en laboratoire, pèsera, elle, 35 % des ventes devant les produits végétaux qui représenteront 25 %. Cette évolution est liée, selon AT Kearney, à de spectaculaires progrès dans le domaine des biotechnologies, attendus à partir de 2025. Ils devraient permettre à la viande cellulaire de passer devant les produits végétaux.

L’avenir de la viande cellulaire pourrait toutefois aussi répondre de son impact sur l’environnement. Deux chercheurs de l’université d’Oxford ont comparé sur 1.000 ans les émissions de gaz à effets de serre liées à production de viande d’élevage à celle liées à la viande de culture. Si le méthane dégagé par les animaux est plus puissant, il se dissipe sur le long terme, tandis que le CO2 lié à la viande de culture s’accumule. «La viande de culture n’est pas, à première vue, climatiquement supérieure au bétail. Son impact relatif dépendra de la disponibilité de la production d’énergie décarbonée et des systèmes de production spécifiques», concluent les auteurs.

Source : https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/alimentation-100-vegane-la-fausse-bonne-idee-pour-sauver-la-planete-1032008

 

 

Comments are closed.