Alberta : la réalité de la COVID-19 sur la chaîne d’approvisionnement du boeuf au Canada

//  29 avril 2020  //  Dossiers, Santé Humaine et Sécurité Alimentaire  //  Commentaires fermés

5mai2020-2

COVID-19 a mis à jour les vulnérabilités des chaînes d’approvisionnement du bœuf du Canada, révélant certaines réalités inquiétantes concernant les défis auxquels cette main-d’œuvre est si importante pour le succès du secteur du bœuf canadien.

Pendant ce temps, les communautés des centres des foyers ont du mal à ralentir la propagation de la maladie.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Lisa Guenther – Publié le 28 avril 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Des centaines de travailleurs employés par l’usine d’emballage JBS de Brooks et l’usine Cargill au nord de High River ont été testés positifs pour COVID-19. Fin avril, les deux usines avaient vu un décès confirmé de COVID-19 parmi leurs effectifs. Les longues périodes d’incubation de la maladie signifient que les cas sont diagnostiqués bien après la mise en place des mesures de contrôle, a déclaré le Dr Deena Hinshaw lors d’un briefing quotidien.

Les infections et les décès ont mis le feu aux deux usines, le NPD de l’ Alberta appelant à une enquête publique sur les éclosions. Le personnel de la santé et de la sécurité au travail (SST) enquête sur les circonstances et l’exposition potentielle des travailleurs des deux usines, a déclaré Shawn MacLeod, sous-ministre du Travail et de l’Immigration, lors d’une séance d’information le 22 avril.

Les activités de l’usine de Cargill étant suspendues, des questions se sont posées sur la raison pour laquelle JBS fonctionnait toujours.

la Dr Hinshaw a déclaré que lors de l’épidémie de High River, les services de santé de l’Alberta (AHS) «se sont assurés que le site de l’usine avait toutes les précautions en place». L’AHS a également recommandé aux gens de prendre des précautions à l’extérieur des usines, comme éviter le covoiturage et l’auto-isolation, mais les gens n’avaient pas nécessairement les soutiens pour prendre ces précautions, a déclaré Deena Hinshaw le 22 avril.

«Et donc, ce que je pense vraiment critique dans ces situations, c’est que nous ne regardons pas seulement un site en particulier, mais nous regardons l’ensemble du tableau», a ajouté Mme Hinshaw.

Les premières lignes de l’épidémie

Quelle que soit la détermination de la SST après enquête, la réalité est que High River et Brooks sont maintenant confrontés à la suppression de la croissance de COVID au sein de leurs propres communautés.

«Ce problème avec Cargill est un problème très complexe. Et ce n’est pas parce que l’usine est maintenant fermée que le problème est maîtrisé ou a soudainement disparu», a déclaré Craig Snodgrass, maire de High River, lors de son discours hebdomadaire.

Les médecins hygiénistes locaux adoptent maintenant une approche communautaire face à la pandémie, mettant en place des mesures dans tous les milieux de vie des personnes, a déclaré Mme Hinshaw. Ils offrent également des tests à toute personne qui était dans les usines JBS ou Cargill, a-t-elle ajouté.

Le maire dfe High River aa félicité les gens du ministère de la Santé pour leur réponse, disant «qu’ils viennent de faire un boulet de canon complet sur High River avec les ressources». High River possède désormais une plaque tournante COVID-19, qui surveille et isole les personnes infectées. Différentes agences de santé travaillent ensemble, ce qui, selon le maire Snodgrass, est beau à voir.

La Calgary Catholic Immigration Society et Foothills Immigrant Community Services aident les immigrants et les réfugiés à s’établir et à s’intégrer dans les collectivités du sud de l’Alberta. Les gens des deux organismes sans but lucratif, qui sont liés, s’adressent aux nouveaux arrivants de High River, d’Okotoks et de Calgary pour s’assurer qu’ils comprennent les directives en matière de santé et ont les ressources nécessaires pour s’y conformer.

La ville de Brooks travaille également avec l’AHS pour introduire des tests communautaires à grande échelle, a déclaré Barry Morishita, maire de Brooks, lors d’une interview. La ville intensifie également les messages et l’application de la loi sur des choses comme la distanciation sociale et les grands rassemblements, a-t-il ajouté.

Les maires de High River et de Brooks sont parfaitement conscients des ramifications économiques nationales des éclosions dans leurs collectivités.

«Nous avons suffisamment de problèmes économiques en Alberta, entre le pétrole et la COVID maintenant. Et puis pour ajouter un autre élément où l’agriculture est encore plus tendue qu’auparavant – nous avons besoin de ces choses pour continuer», a indiqué pour sa part le maire de Brooks.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/news/brooks-and-high-river-fight-to-dampen-covid-outbreaks/

Comments are closed.